Avatar RPG
Le staff et tout les membres d'Avatar RPG vous souhaite la bienvenue.


Avatar RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
  • Le rôle de Jake Sully est toujours disponible. Plus d'information s'adresser aux membres du staff.
  • L'école de Grace Augustine attend ses nouveaux élèves.

  • Redimensionnez vos avatars en 170*300, c'est obligatoire.
  • Si vous avez des difficultés pour le faire, allez sur le lien ci-dessous.
  • http://rpgavatar.forumactif.org/commandes-f21/redimensionner-vos-avatars-t1859.htm#18690

  • Mise à jour: 2 juillet 2012
  • Le forum change afin de réunir tous les membres toujours actifs! http://rpgavatar.keuf.net/
    Nous sommes désormais une dizaine de membres actifs








  • Partagez | 
     

     Récit de Tsu'ayo

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Récit de Tsu'ayo   Lun 8 Fév - 20:21

    Alors voila je ne savais pas ou poster ça, alors je le met ici.
    Il s'agit d'une histoire qui se passe apres le film, j'essaye de respecter au maximum l'histoire (je ne tiens juste pas en compte que Neytiri est supposé être enceinte à la fin du film)

    D'autre part, le personnage Tsu'ayo, n'a rien avoir avec celui de mon rp ( même si j'ai piqué qq petit truc)

    Et je sais y a des fautes, l'orthographe et la grammaire n'etant pas mon points fort) geek

    Avatar-Chronique
    Chapitre 1 :
    L'appel du désespoir.

    Cela fait dix jours qu’Hell’s Gate est tombée et que les humains ont quitté Pandora. Dix jours que le temps du grand chagrin est terminé.

    Dans le ciel, l’énorme boule de gaz bleu ainsi que ces lunes offrent un balai lent et majestueux, dans ce panorama grandiose, un Na’vi chevauchant son Ikran passerait presque inaperçus. Ils volaient avec grâce entre les montagnes flottantes, surplombant une jungle à perte de vue. Ils se dirigeaient vers un arbre géant. Une fois à proximité, ils se posèrent dans une clairière au pied du mastodonte. Dans cette luxuriante clairière, baignée dans une intense lumière, des dizaines de Na’vis s’afféraient à diverses tâches. Il s’agissait du peuple Omaticaya s’installant dans leur nouveau Kelutral (Arbre maison). Tandis que des Na’vis tissaient, d’autres rassemblaient des matériaux pour la construction de Eywa k’sey nivi’bri’sta (Hamac), de P’ah s’ivil chey (Casier personnel) et divers objet de leur quotidien.

    Le Na’vi descendit de son Ikran, celui-ci était mince et devez mesurez dans les trois mètres de haut, ses taches lumineuses formaient une fontaine en partant de son nez jusqu’au front. Les points lumineux de son buste formaient une sorte de V, qui partait du nombril et remontait jusqu’aux épaules. Dans ses cheveux, il y avait de nombreuses petites boules, semblable à des perles bioluminescentes. Il s’avança vers l’entrée du Kelutral, sur son passage les Omaticayas le regardèrent avec attention avant de continuer leurs tâches. Et pour cause, ce Na’vi ne fessait pas partis de leur clan. Une fois à l’intérieur, il se mit à regarder tout autour de lui comme si il cherchait quelque chose ou quelqu’un. Des Na’vis confectionnant des Tmi nat’sey (Lanterne vessie), il se dirigea vers un Na’vi qui entretenait le feu d’un Mreki u’lito (Foyer), puis lui adressa la parole:
    _Oel ngati kameie,tsmukan , lui dit-il, tout en effectuant le geste de la main appropriée. (Je te vois, frère)
    _Oel ngati kameie,tsmukan , lui répondit celui-ci, en fessant le même geste de salut.
    _ Je me nomme Tsu’ayo, je suis un taronyu chasseur (chevaucheur d’Ikran) du clan des Reymikelte (ceux qui vivent dans la terre), je cherche le dénommé Jake, ton chef de clan.
    _Jake n’est pas là, il est avec Neytiri, ils sont partis chasser dans les champs de utraya mokri (arbre des voix).
    _On puis-je trouver ces champs ? demanda Tsu’ayo.
    _ Il est préférable que vous les attendiez ici, ils sont partis chasser mais aussi faire des choses qui les concernent, si vous voyez ce que je veux dire.
    _Oui je vois, lui répondit-il d’un air gêné.
    _Ils seront de retour vers la tombée de la nuit. Pourriez-vous nous aider à nous réinstaller en attendant leur retour, frère ?
    _Bien sur.
    Ils se mirent alors tout deux au travaille.

    Tandis que le soleil se couchait, la végétation commença lentement à s’illuminer, Polyphemus encombrait le ciel de son aura bleutée. Soudain, sortant de la lumineuse et féerique forêt, Jake et Neytiri ramenèrent, comme butin de chasse, un yerik (hexapode). Après leur repas, la plupart des Omaticayas commencèrent à aller dormir.
    Sauf Jake, Neytiri et Tsu’ayo qui étaient assis autour du foyer, tandis que les flammes dansaient frénétiquement, leurs lueurs se projetaient sur les trois Na’vis en conversations. Après s’être présenté, Tsu’ayo annonça le but de sa venue :
    _ Je connais ton histoire, Jake, c’est pourquoi je sais que tu peux aider mon clan à résoudre une de nos plus gros chagrins.
    Jake et Neytiri se regardèrent brièvement dans les yeux, Jake dit alors :
    _Comment puis-je t’aider, frère ?
    _Dans notre région, il y a un camp de ceux qui viennent du ciel. Au début, nous n’avions pas trop de soucis, ils étaient plutôt discrets. Mais depuis votre victoire, ils semblent comme agités, ils sont plus agressifs, certains de mes frères et sœurs disparaissent sans laisser de trace. Je les soupçonne d’avoir un rapport dans ces disparitions. Tu étais l’un d’entre eux autrefois, tu connais leurs méthodes, tu pourrais m’aider à découvrir ce qui se passe et à les combattre si nécessaire, répondit alors Tsu’ayo avec anxiété.

    Jake semblait abasourdis de découvrir qu’il n’y avait pas qu’une base humaine sur Pandora. Le doute l’envahis, les humains auraient-ils des bases mineurs dispersées sur toute la planète ?
    Après un instant où le silence n’était que perturbé par le chant des braises, Jake demanda à Tsu’ayo de le laisser seul avec Neytiri pour réfléchir. Tsu’ayo se leva et s’éloigna du foyer pour laisser le couple seul. Jake se leva lentement à son tour, s’écartant légèrement du feu, il s’appuya contre une des racines, le visage face au mur, en pleine réflexion. Neytiri, toujours assis près du foyer remuant lentement sa queue, lui demanda alors :
    _Que compte tu faire Jake ?
    Jake, n’ayant pas changé de position, lui répondit alors :
    _Je ne peut pas laisser se reproduire ce qui nous est arrivé, je ne peux pas laisser un autre clan perdre leur leu de vie, souffrir comme on a souffert et on ne peut pas ignorer cette nouvelle base. Je vais tenter de leur venir en aide, mais accorde moi au moins une faveur.
    Les oreilles de Neytiri se dressèrent et ses yeux se remplirent d’inquiétude.
    _Quelles faveur ?, lui demanda-t-elle d’une voix inquiète.
    Toujours en appuis sur la racine, il lui dit, en baissant légèrement la tête.
    _Je dois faire ça seul et …
    _Kehe (non), répliqua fermement Neytiri en se levant rapidement.
    _Je veut que tu reste ici pour…
    Elle s’avança vivement vers lui et avec délicatesse lui tourna la tête pour le regarder droit dans les yeux tout en disant :
    _Kehe, je suis avec toi et nous sommes liés pour toujours mon Jake, je ne pourrais supporter de te savoir aussi loin de moi en train de lutter. Où tu iras, je te suivrai car nous ne formons plus qu’un.
    Jake sachant qu’il ne pourrait faire face à son tempérament et à son charme, approuva d’un hochement de tête, elle lui dit alors d’une voix douce :
    _Nous combattrons ensemble, j’ai senti la même crainte dans la voix de Tsu’ayo, que celle que j’avais enduré pour notre peuple.
    Ils joignirent lentement leur front, le couple s’entrelacèrent fortement sur un fond baigné par la lueur du foyer. Jake dit-alors :
    _Je vais prévenir Tsu’ayo que nous allons l’aider, que nous allons l’aider tout les deux.
    Ils s’éloignèrent lentement l’un de l’autre, leurs mains étaient cependant toujours jointent, Jake poursuivit :
    _Je vais désigner quelqu’un pour me remplacer pendant notre absence pour diriger le clan.
    _ Je vais faire de même, répliqua Neytiri.

    Quelque instant plus tard, Jake rejoignit Neytiri, elle était déjà couchée dans leur hamac. Il s’allongea à coté d’elle :
    _C’est arrangé, aux premières lueurs du jour, nous irons voir Max à Hell’Gate si on peut trouver quelque chose sur cette base, murmura Jake dans l’une des oreilles de Neytiri.
    Elle approuva avec un sourire, leur queue s’entrelacèrent, puis ils s’endormirent chacun dans les bras de l’autre.


    Tandis que le soleil se levait lentement, le clan Omaticayas se réveilla peu à peu. Des Na’vis armé d’arc partaient à la chasse, d’autres commencèrent la cueillette des divers fruits nécessaire à leur quotidien. Pendant ce temps, Jake, Neytiri et Tsu’ayo commençaient l’ascension du Kelutral. Une fois arrivé en haut, Tsu’ayo poussa un cri bref et grave, quelques secondes plut tard, un Ikran se posa juste devant lui. Son Ikran était légèrement différent de celui des Omaticayas, car il s’agissait d’un Ikran des mers, celui-ci avait comme couleur majeur un mauve très pale parsemé de taches d’un bleu turquoise vif.
    _Kaltxì, Drewan, (bonjour, Drewan) dit Tsu’ayo tout en lui caressant le museau.
    Jake appela son Ikran à son tour, puis se fut Neytiri, qui avait entre temps choisis un nouveau Ikran. Elle l’avait baptisé Tarya, un patronyme de Tsesay, pour l’honorer. Juste avant de s’envoler Jake dit à Tsu’ayo :
    _Suit nous, nous allons à Hell’s Gate, pour voir si l’on peut en apprendre plus sur ce camp.
    Et sur ces mots, ils s’envolèrent.

    Tandis que la forêt défaillait sous leurs yeux, on pouvait apercevoir au loin une immense zone d’un gris froid et métallique. Il s’agissait d’Hell’s Gate, les clôtures de la base étaient toujours debout pour protéger les quelques humain qui ont eu l’honneur de pouvoir rester. Les tourelles automatiques avaient toutes été détruite, il ne restait que quelque AMP qui permettait aux humains de transporter diverses marchandises. Les trois Na’vis se posèrent dans les champs situés derrière la base, qui permettaient de cultiver des fruits Pandoriens pour nourrir les avatars. Dans ce lieu s’activaient quatre avatars qui entretenaient ce champ. Tandis qu’ils saluaient les trois compagnons, Jake demanda à l’un d’entre eux où il pouvait trouver Max, ce dernier lui répondit qu’il pouvait le trouver dans les serres plus loin. En effet, à l’intérieur d’un immense dôme blanc qui servaient à recrée l’atmosphère terrienne, se tenait Max au milieu d’une vaste variété d’arbre fruitier et de plantation de légumes. Jake toqua contre une des vitres pour ce faire remarquer, Max réagit et à la vue de ces visiteurs, il se munie d’un masque et traversa le sas pour se retrouver au coté de son ami.
    _ Ha bonjour, Jake, lui dit-il en souriant. Il salua d’un hochement de la tête Neytiri et Tsu’ayo. Comme vas-tu ? Que viens-tu faire ici ?
    _Salut, répondit Jake, je vais bien mais hélas j’apporte de bien triste nouvelle. Le Na’vi que tu ne connais pas, se nomme Tsu’ayo et fait parti d’un autre clan que le mien. Ils ont une base humaine avec une force militaire qui n’est pas négligeable dans leur région.
    _Etrange, dit Max d’un air étonné, je n’en avais jamais entendu parler.
    _Je suis passé prendre quelques grenades, elles avaient été très pratique durant la bataille, ensuite je voudrais voir si tu arriverais à trouver des informations dans les ordinateurs de la base.
    _Ok suivez-moi, mais une grande partie des ordinateurs principales ont été détruis lors de l’assaut.
    _Pour ma part, j’attends ici, répondit alors Tsu’ayo qui tout au long de la conversation regardé Max d’un air méfiant.

    Dans un long couloir, Jake et Max marchaient en tête, suivit par Neytiri qui découvrait pour la première fois l’intérieur de la base. Max, tout en portant son masque parlait à Jake :
    _Une grande partie de la base n’est plus pressurisé, certains sas sont détruis et on manque de matériel et de personne qualifié pour les réparer, déclara-t-il.
    _Et au fait où est Norm ? Je ne l’est toujours pas aperçus, s’interrogea Jake.
    _Il est distant avec tout le monde, je pense qu’il est toujours sous le choc pour Trudy et la mort de son avatar ne l’aide en rien de tout ceci, il faut dire que c’est assez moche ce qui lui arrive, répondit Max en soupirant.
    Après être arrivé à un embranchement, Max poursuivit :
    _ Alors Jake, pour tes grenades, va voir dans le local C, on a entreposé ce qui avait dans le labo mobile que vous aviez utilisé, tu en trouveras peut-être sinon va à l’armurerie, tu connais le chemin. Quand tu auras ce que tu veux rejoins-moi dans la salle de contrôle, j’ai chargé quelqu’un de voir s’il trouvait quoique ce soit sur cette base.
    Sur ces mots, Max quitta Jake et Neytiri. Tout deux allèrent dans le local C, une fois sur place Jake se mit à la recherche de grenade, tandis que Neytiri fut attiré par un réfrigérateur, elle fixait la portière, sur celle-ci était collé des photos représentant l’école de Grace. Mais une attira son regard en particulier, on pouvait apercevoir Neytiri en compagnie de sa sœur. Jake ne trouvant pas ce qu’il cherchait, se retourna et s’approcha de Neytiri. Tout en touchant délicatement avec un des ces doigts, le visage de sa sœur sur la photo, elle dit, avec émotion, à Jake :
    _ C’était ma sœur, elle s’appelait Silwanin…. elle m’admirait tant. Tout paraissait si joyeux à ce moment, jusqu’au jour où… dit-elle les yeux remplient de larmes.
    _ Oui je sais ce qui c’est passé, Grace m’a raconté….je suis désolé Neytiri.
    _Elle me fessait confiance, mais ce jour là, j’étais là….. j’ai tout vu mais je n’ai rien pu faire…. je n’ai pas réussi à la sauver.
    Des larmes se mirent à couler le long de ces joues, à ce moment Jake lui mit c’est deux mains sur ces joues.
    _ Hé, je n’aime pas te voir triste, lui dit-il tout en séchant ces larmes avec ces pouces, ce n’est pas ta faute, tu ne peux pas tout empêcher. Moi aussi j’ai perdu quelqu’un de très proche.
    Jake pensa alors à son frère défunt, mais cette pensé lui était désagréable, si son frère n’aurait jamais été tué, que serait-il en ce moment. Il poursuivit :
    _ Aller viens, il faut que je passe à l’armurerie.
    Il prit Neytiri par la main et ils s’engèrent sur le chemin du dépôt d’armes.

    Un peu plus tard, dans la salle de contrôle portant encore les marques de la bataille, Jake, Neytiri, Max et un avatar étaient penchés sur un des rares écrans encore intact dans cette pièce. L’avatar tapotant sur le clavier dit alors :
    _ Désolé, je n’ai rien trouvé sur une base ou quelque soit d’autre, par contre j’ai ici quelque chose d’intrigant.
    Il appuya alors sur une touche qui afficha à l’écran une représentation schématique de l’orbite de Pandora, un point lumineux y clignoter.
    _ Voyez, ce point c’est le Venture Star. Ceci n’est pas en tant réel mais si on consulte les archives ont remarquera que le Venture est parti quatre jours après notre victoire. C’est beaucoup trop long comme départ, expliqua alors l’avatar.
    _ Pourquoi ont-ils restaient si longtemps en orbite ? demanda Jake.
    _Ils ont du envoyé un message sur ce qui c’est passé ici et ont attendus une réponse.
    _Est-ce qu’on peut regarder si il y a eu des mouvements de la navette Valkyrie ?
    L’avatar désapprouva d’un hochement de tête et dit :
    _Le seul radar qui nous reste ne permet que de détecter des gros objets, le petit radar a été endommagé, il est inutilisable.
    _Bien, merci quand même, lui dit Jake en lui tapotant l’épaule, nous verrons ce qui se passe par nous même.
    _Compris, mais soit prudent Jake, lui répondit Max en lui serrant la main, bonne chance.
    Jake et Neytiri rejoignirent alors Tsu’ayo qui jouaient avec son Ikran. Tout trois reprirent le chemin du Kelutral.

    La nuit était déjà bien avancée lorsque Polyphemus se leva lentement à l’horizon. De nombreux Na’vis fourmillaient au pied de l’arbre géant. Tsu’ayo tirait quelques flèches sur une cible, quand à Neytiri et Jake, ils étaient assis face à face et nourrissaient, avec un fruit, leur riti (Stingbat) apprivoisé, celui-ci était posé sur l’épaule de Neytiri. Cette créature ressemblait à un petit Ikran, d’une envergure d’environ un mètre, il possédait cependant un dard au bout de sa queue, ses crocs et griffes étaient translucide, son torse était, quand à lui, luminescent. Soudain Moat apparut et tout en pointant du doigt la géante gazeuse lui dit :
    _ Nìn, Oeyä’ite (Regarde ma fille).
    Neytiri tourna la tête en direction de Polyphemus, elle sourit et regarda Jake, qui était semblait perdu. Elle se mit à rire et tout en adossant sa tête sur l’épaule de Jake, elle lui dit avec une voix douce :
    _C’est mon 120eme « Regard du gardien ».
    Elle lui pointa la tâche à la surface de Polyphemus. Cependant Jake était toujours perplexe.
    _Grace m’a dit qu’un regard du gardien correspondait à deux mois dans ton ancienne vie, j’aurais donc 20 années si j’ai bien retenu les cours de Grace, poursuivit-elle tout en souriant.
    _Moi j’en ai 28, lui dit-il.
    _Ton esprit en à 28, mais ton corps est plus jeune.
    _Un esprit vieux dans un corps jeune, répondit-il en rigolant.
    _On va faire simple et dire que tu as le même âge que moi, lui dit-elle avant de l’embrasser.
    Après ce moment de tendresse, Moat leur rappela qu’ils avaient un long voyage demain. Ils se levèrent donc rejoindre leur Hamac.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Lun 8 Fév - 20:21

    Chapitre 2
    Le clan des Reymikeltes


    Alors que les premiers rayons du soleil sortaient discrètement de l’horizon, Jake, Neytiri et Tsu’ayo s’occupaient de leur Ikran. Ils les nourrissaient d’un morceau de viande, vérifiaient si les harnais ainsi que leur arc Banshee étaient bien sanglés. Neytiri passa d’un geste rapide l’arc de son père autour de son corps, Jake pris sa bandoulière qui contenait quatre grenades et deux kits radio. Ils s’envolèrent alors tout les trois vers l’horizon, Tsu’ayo en tête pour les guider. Ils volèrent longtemps, traversèrent des vastes et denses forêts, des plaines verdoyantes où s’écoulaient de large fleuve, on pouvait y apercevoir d’immenses troupeaux d’herbivores, des vastes étendus marécageuses, toute la nature dans sa vierge splendeur.
    Après avoir volaient près d’une journée entière, tandis qu’ils sillonnaient à travers des montagnes flottantes :
    _Arrêtons nous ici, dit Tsu’ayo en pointant du doigt un rocher flottant en particulier.
    Ils atterrirent sur un rocher recouvert d’une petite jungle. Tsu’ayo descendit alors de son Ikran et rompit le Tsahaylu (le lien), Jake et Neytiri firent de même.
    _Suivez-moi, leur fit Tsu’ayo.
    Tandis que leur Ikran se reposaient de son long voyage, les trois Na’vis s’enfoncèrent dans la dense végétation de la montagne en lévitation. Lorsqu’ils furent arrivés de l’autre coté, Tsu’ayo dit :
    _Voyez.
    D’un lent geste de la main, il pointa quelque chose au loin. Les yeux de Jake et Neytiri scrutèrent avec attention le panorama. Au premier plan, une luxuriante forêt s’étalait sous leurs yeux, celle-ci s’arrêtait nette sur une falaise plongeant dans l’océan qui se perdait à l’horizon. Une zone grise venait gâcher le paysage. Il s’agissait de la base humaine, elle était très petite par rapport à Hell’s Gate. Construite au bord de la falaise, elle n’était donc protégée que sur les trois cotés exposés à la jungle. Des clôtures et miradors équipées des mêmes canons automatiques qu’Hell’s Gate empêchait toute approche aérienne ou terrestre. La base était constituée de cinq bâtiments principaux qui formaient une sorte de H, il y avait de nombreux AMPs, Scorpions et véhicules d’assaut terrestre. A l’écart de cet arsenal militaire, une navette Valkyrie était stationnée près d’un immense hangar. Mais le plus impressionnant et terrifiant était sans conteste une imposante tour construite un peu plus loin de la base dans l’océan. A la mi-hauteur, quatre vastes plates-formes formaient un trèfle, elles servaient manifestement à accueillir et armer des hélicoptères de combat. Malgré l’écume provoquée par les vagues qui s’écrasaient avec fracas à la base de la tour, on pouvait voir, d’énormes pistons en fonctionnement. Le sommet de celle-ci, était parsemé d’antennes et de cheminées crachant d’épaisses fumés noires. Neytiri paraissaient horrifié devant ce triste spectacle du ciel couvert d’un épais manteau noir que même les rayons du soleil avaient du mal à percer. Jake quand à lui, se demandait pourquoi une si petite base était autant protégée. Leur pensé fut interrompu par Tsu’ayo qui s’adressa à Jake :
    _ Voilà, tu peux le voir par toi-même, mon clan a un gros problème. Sais-tu ce qu’est cette immense flèche de métal plantée dans l’océan?
    _ Je n’en ai pas la moindre idée, répondit-il.
    _ Venez allons rejoindre mon clan, dit-alors Tsu’ayo.
    Sur ces mots, ils s’engagèrent de nouveau dans la forêt pour rejoindre leur Ikran situaient de l’autre coté.

    Après avoir rejoins la côte, ils volèrent au ras de l’eau, d’énormes vagues venaient se brisaient dans un magnifique spectacle visuel et sonore sur les falaises d’une centaine de mètres de haut. A une cinquantaine de mètre devant eux, la falaise formait un mur, une rivière se jetait dans l’océan en formant une cascade d’environ trente mètres de large. Le soleil se reflétait et ondulait sur le rideau d’eau. Tsu’ayo qui devançait Jake et Neytiri d’une dizaine de mètres leur cria :
    _ Faite comme moi, ne craignaient rien.
    Tsu’ayo se trouvait maintenant à mi-hauteur de la falaise, il fonçait sans hésiter sur le mur d’eau, puis disparut au contact de celui-ci. On pouvait lire dans les yeux des Ikrans la même anxiété que celle de leur chevaucheur. Le cœur de Jake et de Neytiri battait de plus en plus fort à mesure qu’ils s’approchaient, juste avant l’impact Jake ferma les yeux. Lorsqu’il les ouvra, son Ikran, aussi mouillé que lui, se posa sur un tapis de mousse, Jake tourna alors la tête pour constater que la cascade n’était qu’un mince filet d’eau dissimulant une imposante caverne. L’intérieur de celle-ci était entièrement recouverte de végétation bioluminescente, d’énormes racines tombaient du plafond, de nombreux Ikrans étaient accrochés à ces murs végétaux. Tsu’ayo descendit de son Ikran, et invita Jake et Neytiri à le suivre. Après avoir rassuraient leur Ikran, Jake et Neytiri, tout en se tenant la main, suivirent Tsu’ayo qui s’engouffra dans un petit passage dissimulé par des lianes. Le tunnel était éclairé par des Tmi nat’sey (Lanterne vessie), ils arrivèrent finalement dans une immense grotte circulaire, de nombreux passage devaient menés à d’autres grottes annexes. Cette grotte était le lieu principal du clan Reymikelte, le plafond se trouvait à une quarantaine de mètres de haut, une ouverture circulaire laissait rentrer la lumière du jour. De cet orifice, tombait de nombreuses lianes ainsi qu’une multitude de Tawtsngal (coupe de ciel). Cette plante avait une forme de coupe d’une couleur mauve magnifique, Jake se rappela d’en avoir vu lors de sa première rencontre avec Neytiri.
    Il y tombait également une très petite mais magnifique cascade qui venait former une petite marre, l’eau s’évacuait ensuite par le biais d’un petit ruisseau qui disparaissait dans les entrailles de la terre. Une magnifique lueur formait par de nombreux Amémonoïdes s’échappait de la marre. Jake se souvient du moment où il nagea avec Neytiri parmi les Amémonoïdes. Des multiples et diverses autres plantes bioluminescentes permettaient l’éclairage de ce vaste lieu. La plupart des Na’vis du clan Reymikelte présent observaient Jake et Neytiri avec curiosité. Les Reymikeltes n’avaient aucune marque physique ou décorative qui permettrait de les différencier avec le clan des Omaticayas. Tsu’ayo suivit par Jake et Neytiri, regardant tout autour d’eux, s’approcha d’un Na’vi qui était debout près d’un Mreki u’lito (Foyer) à coté de la marre. Il s’agissait du chef du clan des Reymikeltes, il avait autour du cou une décoration qui ressemblait à la structure en éventail des yeriks (Hexapode). Tsu’ayo lui adressa la parole :
    _ Po'lupey, Oel ngati kameie. (Po'lupey, je te vois) Voici Jake et Neytiri, du clan Omaticaya qui ont vaincu ceux qui viennent du ciel.
    A ce moment, les Reymikeltes commencèrent à chuchoter entre eux. Po'lupey s’avança vers Jake et Neytiri et leur dit :
    _ Bienvenu chez les Reymikeltes, je suis Po'lupey le chef du clan, j’ai envoyé Tsu’ayo pour demander votre aide, votre arrivé fait renaître notre espoir.
    _ Merci de votre accueil, lui-répondit Jake, voici Neytiri ma femme, comment avez-vous appris notre victoire ?
    _ Eywa nous a avertis, tu es celui qu’elle a choisis, répondit alors une femme Na’vi tout en sortant de la foule.
    _ Voici Ta’rina, c’est notre Tsahik, dit alors Po'lupey à Jake.
    _Lorsque j’ai demandé à Eywa de l’aide, elle m’a montré votre couple, j’ai alors compris ceux qui me restait à faire, expliqua Ta’rina.
    _ Nìmun, ayoheru tìkin tìsrungä ngengeyä luyu nìtxan (Encore une fois, nous avons grand besoin de votre aide.), continua alors Po'lupey.
    Jake et Neytiri, ne s’étant pas lâché la main depuis le début, se regardèrent dans les yeux et Jake dit alors :
    _ Si nous sommes là, c’est pour que le drame qu’a connu notre clan ne se reproduise, on vous aidera du mieux qu’on peut.
    Toute la foule manifesta alors sa joie.
    _Je vais vous confier mes meilleurs guerriers, dit alors Po'lupey, Tsu’ayo que vous connaissez déjà, il n’y pas meilleur archer que lui. Wokan qui fut l’apprenti de Tsu’ayo, son adresse à l’arc est aussi grande que sa haine envers ceux qui viennent du ciel.
    A ce moment, un Na’vi haut d’environ trois mètre sortis du lot, les tâches luminescentes de son visage partaient du milieu de son nez pour finir par se surplomber au dessus de ces yeux, celles de son corps ressemblaient à un trident qui partait des épaules jusqu’au bas du dos. Po'lupey continua :
    _ Ainsi que Tsteu et Na’ti qui forment notre meilleur couple de guerrier, ils connaissent bien la région et comment se rendre à au camp de ceux qui viennent du ciel.
    C’est alors que deux Na’vis, se tenant la main, approchèrent. Tsteu était un Na’vi assez mince, ses tâches formaient des arcs de cercle sur son front et celle de son corps formaient des lignes. Na’ti, quant à elle, avait un corps très félin, ses tâches étaient répartis uniformément sur tous son corps.
    _Voilà, ils vous seront d’une grande utilité, qu’Eywa vous protège dans votre lutte, conclu alors Po'lupey.
    Plus tard, on retrouva Jake, Na’ti, Tsteu et Wokan assis autour d’un Mreki u’lito (Foyer), tout en mangeant des Teylus (larve d’insecte) nourriture principal des Na’vis, ils fessaient connaissance. C’est alors que Neytiri vient s’assoir près de Jake qui lui demanda :
    _ Alors que voulez Ta’rina ?
    _Elle me demanda si je pouvais l’aider sur un problème qui concernait l’équilibre de Eywa, des choses bizarres se passent m’a-t-elle-dit, je lui ai répondu que j’accepter, étant Tsahik je ne pouvais ignorer un tel problème, dit Neytiri.
    Jake approuva d’un hochement de la tête, puis il observa Tsu’ayo qui était seul au loin tenant un objet d’environ dix centimètres entre ses doigts, il demanda alors à Na’ti :
    _ Tsu’ayo est toujours comme ça, il ne nous a pas adressé souvent la parole et il est plutôt distant, même ici à ce que je vois, que tient-il ?
    _C’est une longue et triste histoire, vois-tu Tsu’ayo avait une femme du nom de Me’rati, tout deux étaient très heureux, jusqu’à ce jour maudit…..Me’rati était partie cueillir des fruits non loin d’ici. Tsteu, Tsu’ayo et moi, nous étions partis chasser lorsqu’un Toruk nous attaqua, je ne me rappelle plus bien mais Tsu’ayo c’est retrouvé piégé par celui-ci, il lutta pour sauver sa vie et il réussit à faire fuir Toruk et à lui arracher une dent comme trophée.
    _C’est donc ça qu’il tient ? demanda Jake.
    Na’ti approuva en hochant la tête, Jake voyait bien que ces yeux commencèrent à se mouiller, elle continua :
    _Tsu’ayo comptait offrir la dent à Me’rati pour lui prouver son amour éternelle, mais ce soir là elle n’est jamais rentée, des larmes coulaient sur les joues de Na’ti. Il partit à sa recherche durant deux jours entiers, puis il finit par accepter le pire. Et depuis chaque jour, je le voyais pleurer. Ils….ils allaient avoir un bébé, Na’ti s’effondra en sanglot.
    Tsteu serra alors Na’ti dans ses bras pour la réconforter, il ajouta :
    _Me’rati était sa sœur.
    _On ne retrouva jamais son corps, ajouta Wokan, il ne peut s’agir que d’un coup de ceux qui viennent du ciel.
    Neytiri et Jake, les oreilles baissées, étaient attristé par ce récit.
    Tandis qu’au loin Tsu’ayo était assis, regardant dans sa main l’énorme dent, il était en pleure, serrant tellement fort la dent dans sa main, qu’un filet de sang coula de sa paume.

    Un peu plus tard, Jake, Neytiri et Wokan marchaient dans les tunnels éclairaient par des Tmi nat’sey (Lanterne vessie), Jake demanda alors :
    _ Comment regagne-t-on la surface ?
    _ Il y a un tunnel qui le permet, mais c’est un vrai labyrinthe, il faut qu’un Reymikelte vous guide. Ce labyrinthe est dangereux, il pointa du doigt quelque chose au plafond.
    Jake et Neytiri regardèrent l’endroit désigné et aperçurent une sorte de créature, semblable à une plante, accrochée au plafond qui laissait pendre jusqu’au sol de très fin filaments.
    _Il s’agit d’un de nos meilleurs moyens de défense contre ceux qui viennent du ciel, outre les diverses créatures qui hantent le tunnel et leur son hostile. Cette créature envahit une zone par groupe fabriquant ainsi un rideau de filament presque invisible, si quelque chose touche un de ses filaments, elle l’attrape et l’amène à sa gueule pour s’en nourrir. Ceux qui viennent du ciel sont trop peu agiles pour passer ce rideau qu’ils ont déjà du mal à percevoir, sans compter qu’à certain endroit il est impossible de passer.
    Wokan continua :
    _On vous a fabriqué un hamac pour vous.
    _Merci, dit Jake, nous aimerions cependant aller à l’extérieur un moment.
    _Dans ce cas prenait vos Ikrans, la nuit est déjà bien avancée.
    _Compris, alors à demain Wokan.

    Au beau milieu de la nuit, Jake et Neytiri volaient au dessus d’une forêt composée d’une multitude de couleur. Jake pointa du doigt ce qu’ils cherchaient. Une dizaine de minute plus tard, Jake et Neytiri étaient nus sous une cascade, dans une lueur d’un bleu saphir, ils se lavaient. Neytiri pris alors Jake par les épaules, elle s’inquiétait sur ce qu’il allait se passer demain, malgré le brouhaha de l’eau, elle lui dit :
    _ Sois prudent mon Jake, je ne serais pas là pour te protéger cette fois.
    _Ne t’inquiète pas, j’ai avec moi de grand guerrier, répondit Jake.
    Ils s’embrassèrent, avant de serrer l’un contre l’autre leur corps humide.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Lun 8 Fév - 20:22

    Chapitre 3
    Le Slash Cutter

    Le lendemain, Jake, Wokan, Na’ti, Tsteu et Tsu’ayo étaient assis en cercle autour d’un foyer. En même temps qu’ils se nourrissaient, Jake leur expliqua comment fonctionnaient et quels étaient les points faibles des divers véhicules humains qu’ils pourraient rencontrer. Il leur montra également comment se servir des grenades qu’il avait ramenées, unique moyen de détruire les engins lourds des humains. Après avoir préparé leur matériel, les cinq Na’vis étaient prêt au départ. Tsu’ayo s’équipa d’un collier fabriqué la veille, le pendentif n’était autre que la dent de Toruk. Neytiri observa au loin la troupe, Jake l’ayant aperçus se détacha du groupe pour la rejoindre, elle lui dit :
    _ Promet moi d’être prudent, ne prenez pas de risque inutile.
    _Je te le promet, lui répondit Jake avec un sourire.
    _J’aimerais tant t’accompagner mais mon devoir de Tsahik veut que je me préoccupe d’abord des problèmes concernant l’équilibre d’Eywa.
    _Tu pourras te joindre à nous quand tu auras résolus ton problème…Tiens, lui dit Jake en lui saisissant la main, il lui glissa alors une des deux radios et poursuivit :
    _Comme cela on sera toujours en contact.
    Neytiri sourit au vue du minuscule appareil, elle embrassa alors Jake. Le sourire aux lèvres, il s’en alla rejoindre le groupe en disant :
    _C’est bon on peut y aller.
    _Prenons les Ikrans, on se déplacera plus facilement, suggéra alors Wokan.
    _Compris allons y, il y a un site où l’on pourra trouver des Aysawtute (humains), dit alors Tsu’ayo.
    Neytiri les observa s’engouffrer dans le tunnel qui menait aux Ikrans, elle mit alors le collier émetteur autour de son coup et le récepteur dans son oreille gauche. Puis elle se s’avança vers Ta’rina pour se préparer également à recevoir sa mission.

    Plus tard dans la matinée, les cinq compagnons survolaient la forêt en formant un V inversé. Tsu’ayo en tête, Jake et Wokan était sur sa droite et le couple à sa gauche. Soudain Tsu’ayo s’écria en pointant du doigt :
    _Là les frères, regardez.
    On pouvait apercevoir un Slash Cutter, sorte d’énorme grue avec au bout de son bras articulé une scie. Cette engin laissait derrière lui un sillage de déforestation, il construisait surement une route. Tout en volant à une distance suffisante pour ne pas se faire remarquer, Jake grâce à ses yeux d’une très grande sensibilité dit :
    _Il me semble voir un AMP avec cinq ou six Aysawtute en guise d’escorte.
    _On ne peut les laissés continuer, on doit intervenir, répondit Tsu’ayo.
    _Totalement d’accord, mais nous devons établir une stratégie… posons nous dans cette clairière, elle est assez proche du Slash Cutter, répliqua Jake.
    Ils plongèrent alors en piqué pour voler parmi les arbres et ainsi ne peut se faire repérer. Ils atterrirent alors ensemble dans la clairière et formèrent un cercle pour discuter.
    _L’AMP sera notre cible prioritaire, son détecteur thermique à une portée d’environ cents mètres. L’attaque surprise est notre meilleur atout, on devra rester invisible le plus possible, voila pourquoi on doit d’abord s’en charger, dit alors Jake.
    _Il faudra courir pour se mettre rapidement en position lorsque celui-ci sera neutralisé, ajouta Tsu’ayo.
    _Tout à fait, soyons rapide et efficace, poursuivit Jake il regarda alors Na’ti et lui tendit une grenade, tiens… voila où tu devras la placer sur le Slash Cutter.
    Après qu’il lui eu expliqué la marche à suivre, il conclut :
    _Lorsque je pousserais ce cri, cela voudra dire qu’on doit se replier, les renforts des Aysawtute devraient ne pas mettre longtemps à intervenir.
    Jake émit alors, faiblement pour ne pas se faire remarquer, un cri semblable à celui de Neytiri mais dans des tons plus grave.
    _ Na’ti et Tsteu vous formeraient un autre groupe, nous attaquerons du sol, tout le monde a compris ?
    Après un moment de réflexion, Tsteu demanda :
    _Comment allons-nous s’occuper de l’AMP, sans que celui-ci nous détecte avant notre arrivé ?
    _Je crois que j’ai une idée, répondit alors Wokan.


    Dans le sentier fraichement formé par l’engin de mort, l’AMP, entouré par quatre humains se trouvait à une dizaine de mètres derrière le Slash Cutter, qui s’activait à sa terrible besogne. Deux autres humains surveillaient les flancs du Slash Cutter. Le conducteur de l’AMP était calme jusqu’au moment où son écran indiqua un point rouge qui s’avançait à vive allure, il s’écria :
    _Quelque chose approche dans cette direction.
    L’AMP et les quatre humains l’accompagnant scrutaient le sol dans la zone d’où venait le contact, mais ils ne voyaient rien.
    Soudain, un doute envahit le conducteur, il leva lentement la tête mais c’était trop tard. Wokan chevauchant son Ikran tombait en piqué vers lui, il décocha une flèche qui dans un sifflement transperça le pare-brise de l’AMP et tua son chauffeur sur le coup. En s’effondrant l’AMP écrasa un des humains, les autres n’avaient même pas eu le temps de réagir que Wokan se trouvait déjà hors de porté de toutes représailles. L’un d’entre eux, paniqué, jeta un rapide coup d’œil sur l’écran de l’AMP et vit deux points rouges s’approchaient par le flanc droit, il cria :
    _ ET MERDE, à couvert…
    Il saisit un de ses compagnons et le fit basculer avec lui de l’autre coté de l’AMP. L’autre n’a même pas le temps de comprendre qu’une flèche, tiré par Tsu’ayo, l’atteignit en plein cœur. Les deux humains à couvert ainsi que les deux près du Slash Cutter ouvrirent le feu dans la direction de Tsu’ayo. Celui-ci perché dans les branches d’un arbre, eu juste le temps de se cacher derrière le tronc avant que d’innombrables balles sifflèrent à ses oreilles. Tsu’ayo fit alors un geste de la tête à Jake qui se trouvait sur un arbre voisin. Jake se découvrit alors, brandit son arc et décocha une flèche en visant l’un des humains près de l’AMP, mais celle-ci se planta dans la carcasse.
    _Merde, s’écria Jake.
    Les deux humains le remarquèrent alors et ouvrirent le feu dans sa direction. Jake dut s’abriter. L’un des mercenaires près de l’AMP cria :
    _Tir de couverture, tir de couverture.
    Il s’saisit alors sa radio :
    _Contrôle ici, section Beta 4, sur la route 3, nous sommes sous feu ennemi, ils sont sur notre flanc droit, réclamons assistance aérienne, hurla-t-il dans le combiné.
    Une voix lui répondit alors :
    _Bien reçu, je détourne deux scorpions qui patrouillaient nous loin de là pour vous venir en aide, ils seront là dans environ deux minutes, terminé.
    _Compris, Contrôle, nous…..
    Mais à ce moment, une flèche se planta dans son dos au niveau des épaules, lui sectionnant la colonne. Il s’effondra sans un bruit. Le mercenaire à coté de lui se retourna et subit le même sort.
    Tsteu et Na’ti sortirent de la forêt par le flanc gauche. Tsteu pointa le Slash Cutter à Na’ti.
    Celle-ci, escalada alors, avec la rapidité et la discrétion du félin, l’énorme engin. Elle plaça la grenade à l’endroit que lui avait indiqué Jake, retira la goupille et, en un éclair, s’enfuit en direction de la forêt. Les deux derniers humains n’avaient même pas remarqué sa présence lorsque soudain la grenade explosa. L’explosion détruisit la cabine et le chauffeur, le bras articulé tomba en morceau, de multiples autres petites explosions se produisirent sur tout l’appareil, le réservoir d’hélium liquide fut touché. Le liquide, qui servait au refroidissement de la lame, se vaporisa sur au contact de l’air ambiant et un des mercenaires fut gelé instantanément par le gaz. Quand à l’autre, il finit couper en deux, par la lame lorsque celle-ci fut éjectée de son axe de rotation. Tout fut terminé en environ deux minutes. Jake commença alors à entendre le bruit des scorpions en approche, il poussa le cri synonyme de retraite. Les quatre combattants disparurent alors dans la dense forêt. Lorsque les Scorpions arrivèrent sur place, il ne restait plus rien, la carcasse du Slash Cutter produisait un immense brasier. Un pilote contacta alors la base :
    _Contrôle, ici Red leader, sommes sur les lieux…. On arrive trop tard…..pas de trace de survivant…nos détecteur n’indique rien dans la zone de combat, terminé.
    _Compris, reprenait la patrouille Red leader, débriefing ce soir sur cet incident.
    A environ, deux cents mètres de là, dans une large grotte, les cinq Na’vis et leur Ikran se félicitaient de la réussite de l’attaque.


    A la tombé de la nuit, le clan Reymikelte fêtait cette victoire autour d’un banquet. Tsteu et Na’ti racontaient leur exploit à plusieurs Na’vis. Jake, Wokan et Tsu’ayo étaient assis autour du banquet discutant avec Po'lupey, Tsu’ayo dit alors :
    _Nous avons gagné une belle bataille aujourd’hui, demain on s’attaquera à plus gros. Un convoi passe chaque jour non loin de là. Demain il ne sera plus.
    C’est alors que Neytiri s’avança jusqu’au banquet et se mit assis à coté de Jake, elle l’embrassa et lui dit, les yeux pétillant d’admiration :
    _Je suis fière de toi mon Jake, je suis contente qu’aucun Na’vi ne fut touché durant ce combat.
    _Tout l’honneur ne me revient pas, mes quatre guerriers se sont bien très bien battus, lui répondit-il en souriant…. il lui caressa le front, et toi qu’as-tu fais aujourd’hui.
    Neytiri le visage baigné dans la lueur produit par la marre, lui dit avec un sourire qui laissait apparaitre ses petits crocs blanc :
    _Avec deux autres Na’vis, on a soigné des animaux blessés par ceux qui viennent du ciel. Il reste encore beaucoup à faire, on y retourne demain.
    Tsu’ayo se leva lentement et s’éloigna du groupe, Jake le regarda brièvement, il savait ce que Tsu’ayo partait faire. Jake n’arrête pas de réfléchir sur le triste sort de Tsu’ayo et si ça lui arrivait et si il perdait celle qui serre en ce moment dans les bras, celle qu’il aime par-dessus tout. Il s’efforça de sortir cette pensé désagréable de la tête.

    Dans la grotte des Ikrans il n’y avait pas un mouvement, tout les Ikrans dormaient, bercés par le chant de l’eau. Tsu’ayo se tenait debout face à la cascade fixa la dent qu’il avait autour du coup, il ferma les yeux pour se souvenir d’un passé pas si lointain. Dans ses pensés, tout en entendant des chants en faveur d’Eywa, il revoyait le visage de sa douce Me’rati, son sourire, sa voix, son ventre rond laissant paraitre un heureux événement, il arrivait presque à ressentir au bout de ses doigts la chaleur provoqué par le touché de sa peau, des larmes lui coulèrent des yeux. Ses souvenir furent interrompu par le bruit sourd provoqué par le battement des ailes de son Ikran, celui-ci c’était posé juste à coté lui, il émit un petit rugissement interrogatif, il avait senti la tristesse de son maître. Tsu’ayo toujours les larmes aux yeux, se retourna vers lui et lui dit :
    _Ce n’est rien, Drewan, ce n’est rien.
    Tsu’ayo lui caressa le museau, avant d’appuyer son front contre celui de la créature, les larmes de Tsu’ayo coulèrent alors sur son Ikran.
    _Tu es tout ce qu’il me reste, Drewan.
    Au loin, dissimulé par des lianes, Wokan observait la scène. On pouvait lire sur son visage beaucoup d’inquiétude. Finalement, il se retourna et disparut dans l’obscurité du tunnel.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Lun 8 Fév - 20:22

    Chapitre 4
    Teitirey

    Au levé du jour, Jake et sa troupe étaient sur le départ. Ils vérifiaient leurs armes, leurs matériels et provisions pour cette journée qui allée être longue. Tsu’ayo rappela l’objectif du jour :
    _Très bien, aujourd’hui devrait passer le convoi des Aysawtute, s’ils suivent leurs habitudes. Fessons en sorte que tout ceci se déroule comme hier.
    Plus loin, Neytiri et deux autres femmes Na’vis, Louti et Ey’tha, discutaient avec Ta’rina. Elles devaient de nouveau s’occuper de l’équilibre d’Eywa. Les deux groupes se mettaient en marche chacun de leur côté, celui de Jake partait rejoindre les Ikrans, tandis que celui de Neytiri empruntait le tunnel ramenant à la surface. Neytiri et Jake s’embrassèrent et se souhaitèrent bonne chance avant de se séparer. Neytiri, Louti et Ey’tha arpentaient le sombre labyrinthe, tout en évitant le rideau mortelle tendue par les créatures. Lorsqu’elles furent sorties du tunnel, Neytiri se retourna pour constater que l’entrée était dissimulée entre les racines d’un arbre, Louti dit alors :
    _Nous allons à Teitirey, pour surveiller ce lieu sacré.
    Sur ces mots elles se mirent en route, Louti en tête suivit par Neytiri, Ey’tha fermait la marche.

    Pendant plusieurs heures, les trois Na’vis couraient sur d’énormes branches à une trentaine de mètres du sol. A un moment, la branche se stoppait nette, aucune autres ne permettaient de continuer, pourtant Louti courait toujours à la même vitesse malgré le précipice. Une fois arrivé un bout, elle sauta sans hésiter dans le vide. Neytiri s’arrêta au bord pour voir ce qui l’attendait. Une multitude de Tawtsngal (coupe de ciel) formaient un escalier qui ramenait au sol, Louti bondissait de coupe en coupe jusqu'à arriver au sol. Neytiri et Ey’tha firent de même. En bas, Louti les attendait, lorsque Neytiri fut à porte de sa voix, elle lui dit :
    _Voilà nous sommes arrivées, voilà Teitirey, la plaine de vie.
    Elles progressèrent alors pendant une dizaine de mètres dans une végétation très dense avant de se retrouver à la lisière de la forêt. Les pupilles de Neytiri se dilatèrent pour admirer ce spectacle d’une grande beauté. Elles se trouvaient sur une colline surplombant une vaste plaine verdoyante. Ce lieu fourmillait de vie. En plein milieu de cet endroit paradisiaque, coulait un large fleuve, le soleil se reflétait sur l’eau d’une pureté cristalline, de nombreux animaux s’abreuvaient. Un troupeau constitué de plusieurs dizaines de Talioang, ces créatures devaient mesurer dans les six mètres de long et plus de cinq mètres de haut, elles ressemblaient à des petits Marteaureaux, cependant elles n’avaient pas de carapace ni de bélier, traversait tranquillement le fleuve. Il y avait d’ailleurs quelques Marteaureaux qui broutaient à l’écart, un petit troupeau de yerik galopaient dans ce lieu si paisible et de nombreux Tetrapterons, sorte de petit flamant rose, encombraient le ciel de leur couleur mauve, certains d’entre eux plongeaient dans le fleuve pour attraper des poissons. En amont de celui-ci, on pouvait observer de nombreuses cascades en escalier qui lui donnait naissance. A la base de ces chutes d’eau se formaient des nuages qui créaient un large arc-en-ciel. En arrière plan, Polyphemus et deux de ces lunes se dressaient lentement au-dessus de ce lieu d’exception.

    Soudain des petits cris rompirent ce moment de tranquillité et d’émerveillement.
    _Regardez, mes sœurs, s’exclama Ey’tha un pointant du doigt une créature allongée au loin.
    Il s’agissait d’un bébé Talioang qui semblait incapable de bouger, celui-ci s’agitait de plus en plus en voyant les trois Na’vis s’approcher. Louti poussa un petit cri de colère lorsqu’elle vu que la malheureuse créature était prise dans un piège des humains, ressemblant à un piège à lapin, un cordon en plastique lui entouré une des pattes, ce cordon était relié à un pic de métal enfoncé profondément dans le sol.
    _Rhhha, ces Aysawtute posent de plus en plus souvent ce genre de piège, ils capturent des animaux, dit alors Louti, aidez moi.
    Louti et Ey’tha maintenaient la créature au sol, la plus immobile possible, tandis que Neytiri munit de sa dague tentait de sectionner le cordon. Après plusieurs minutes d’effort, il se rompit enfin, le jeune Talioang se sentant libre, se leva d’un coup renversant Louti et Ey’tha, il se précipita vers un troupeau Talioang et alla se réconforter auprès de ce qui semblait être sa mère. Ils échangèrent des petits mugissements de soulagement. Neytiri observa Louti et Ey’tha qui n’étaient toujours pas remis de la culbute provoqué par le petit animal, elles se mirent toutes les trois à rire, heureux d’avoir pu aider et de contempler ce moment de tendresse.


    Le soleil était encore haut dans le ciel, lorsqu’elles rentrèrent au clan, après avoir veillées sur Teitirey. Les trois Na’vis racontèrent alors leur journée à Ta’rina qui les écoutaient avec attention. Ey’tha et Louti laissèrent alors Neytiri seul avec leur Tsahik. Ta’rina s’adressa alors Neytiri :
    _Viens Neytiri, après un long moment de réflexion, j’ai décidé de te montrer quelque chose qui nous est chère.
    Neytiri et Ta’rina entèrent alors dans un tunnel, celui-ci était petit et étroit, elles étaient obligées de baisser la tête par endroit. Après avoir parcouru plusieurs mètres dans une obscurité presque total, une lueur verte commençait à apparaitre. Neytiri sentait le sol qui vibrait avec un rythme lent et régulier. Elles se retrouvèrent finalement sur une plate-forme donnait sur une crevasse. Neytiri se pencha pour observer le fond, celui-ci était tapi de ligne produisant une faible lueur violette. Mais le plus impressionnant était un plafond, lorsque Neytiri releva la tête, elle aperçut plusieurs racines d’environ dix mètres de diamètre chacune, elles appartenaient surement à des arbres géants. Ces racines étaient parcourues, à intervalles régulier, par un anneau de couleur verte provoqué par la bioluminescence. Au passage de chaque anneau un bruit sourd et bref se produisait tel un battement de cœur. Neytiri connaissait déjà ce phénomène, elle l’avait déjà vu lorsque son clan avait tenté de sauver Grace et lorsqu’ils avaient transférés l’esprit de Jake. Mais elle n’avait jamais observé ceci dans de telles proportions. Ta’rina lui dit :
    _Tu es la première étrangère, à notre clan, qui voit ce lieu qui nous est sacrée. On appelle cet endroit Kato Eywa, le rythme d’Eywa.
    _C’est impressionnant, répondit Neytiri.
    _Oui, c’est ici qu’Eywa m’a montré à qui nous devions demander de l’aide. Lorsque je reste longtemps assis ici, les battements se transforme en message dans mon esprit.

    Lorsque Neytiri et Ta’rina regagnèrent enfin la grotte principale des Reymikeltes. Jake et sa troupe venaient de rentrer. Neytiri se précipita vers Jake pour lui demander des nouvelles.
    _Alors vous avez détruit le convoi, demanda Neytiri à Jake.
    _Malheureusement non, celui-ci n’est jamais passé. On a dû se contenter d’une patrouille, lui répondit Jake.


    La nuit venait de tomber, le clan Reymikelte organisait une fête en l’honneur de plusieurs Na’vis qui avaient obtenu leur Ikran et également pour ceux qui passaient le rite de l’Uniltaron, rite durant lequel du venin de kali’weya est administré aux futurs guerriers. Neytiri et Jake assistaient au rituel, mais lorsque des tambours calebasses se mirent à jouer, Neytiri invita Jake à danser, d’autres couples, comme Tsteu et Na’ti, firent de même. Jake et Neytiri se tenait face à face, les bras serrant le torse de l’autre. Le rythme de la musique était lent, Neytiri frottait son front contre le coup de Jake tout en tournant sur eux-mêmes, leurs queues enlacées, cette danse était très sensuelle. Jake dit alors en chuchotant dans l’oreille de Neytiri :
    _Tu sais ce que j’ai envie de faire ?
    Neytiri rougit légèrement et lui répondit tout bas :
    _On ne peut pas faire ça dans la demeure d’un autre clan.
    _Oui, ça ne serait pas raisonnable.
    Après un instant de silence, Neytiri lui proposa en souriant :
    _On va faire un tour en Ikran ?
    Jake approuva d’un sourire, ils s’éclipsèrent alors de la fête.
    Après avoir volé pendant plusieurs minutes, ils se retrouvèrent à la cascade où ils s’étaient lavés auparavant. Jake et Neytiri étaient accroupis, près de la petite étendue d’eau crée par la cascade, ils s’embrassaient fougueusement. Neytiri tendit alors sa tresse vers celle de Jake, lorsque le lien s’établit, les pupilles des deux Na’vis se dilatèrent, leurs oreilles se baissèrent d’un seul coup, le tsahaylu était toujours une chose de très profond d’un point de vue spirituel et émotionnel. Neytiri s’allongea lentement sur un tapis de mousse, émettant une légère lumière verte, elle entraîna Jake avec elle. Seul Eywa et Polyphemus observaient la scène prouvant l’amour éternelle du couple.

    Au matin, la petite clairière, où c’étais endormis Jake et Neytiri, baignée dans la lueur du jour. Le pollen des plantes environnantes filtrait les rayons du soleil. Jake dormaient profondément, mais lorsqu’il sentit, entre ses bras, l’absence du corps qu’il avait tant étreint la nuit dernière. Il se réveilla subitement l’air inquiet, mais cette inquiétude fut de courte durée lorsqu’il aperçut Neytiri qui était accroupis au bord de la marre, elle portait à sa bouche l’eau si fraiche et pure. Jake d’humeur joueuse voulait la pousser dans l’eau, il se glissa silencieusement dans son dos tel un félin prêt à bondir. Lorsqu’il fut à porter, il se jeta vers elle, mais Neytiri esquiva et le propulsa dans l’étendue d’eau. Jake se retrouva allongé dans l’eau peu profonde, Neytiri s’était précipitée sur lui, elle s’assit sur son ventre pour l’empêcher de se relever, dans un éclat de rire elle lui dit :
    _Tu es un gros balourd, mon Jake. Même un Talioang est plus silencieux.
    Jake lui répondit en lui éclaboussant le visage, Neytiri surprise par ce geste, le regarda alors avec son expression si rancunière, qu’elle lui avait déjà lancé par le passé lorsqu’ils volaient tout deux dans la formation de Tsu’tey. Elle éclaboussa alors Jake de la même manière, ils se roulèrent dans l’eau, brisant le reflet de Polyphemus. La vie était belle. Après s’être défoulé pendant plusieurs minutes, Jake s’allongea sur le rivage, Neytiri se coucha à ses côtés et posa sa tête sur la poitrine de Jake.
    _Comme je suis heureuse quand je suis avec toi Jake, lui dit-elle avec sa voix si douce.
    Jake tout en lui caressant les cheveux, pensa à la vie magnifique qu’il avait obtenu par la mort de son frère et plus il vivait de tel moment de poésie avec Neytiri, plus il comprenait la douleur et tristesse de Tsu’ayo. Lorsqu’ils rentrèrent à la grotte, Jake fut interpellé par Wokan :
    _Ah je te cherchais partout, prépare toi vite, prend tes armes.
    _Que se passe-t-il, demanda Jake, pourquoi tant d’agitation ?
    _Deux éclaireurs ont repéré le convoi ce matin, il faut qu’on se prépare pour l’attaquer.
    Jake pris alors rapidement ses affaires, embrassa Neytiri et rejoignis la troupe sur le départ. Une importante bataille allait être livrée aujourd’hui.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Lun 8 Fév - 20:23

    La suite est en cours de rédaction Very Happy
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Mar 9 Fév - 21:05

    Chapitre 5
    Le convoi

    Jake et sa troupe de guerrier rejoignirent leur Ikran, tandis que Neytiri, Louti et Ey’tha allaient s’occuper des diverses créatures Pandoriennes. Le ciel était couvert par d’épais nuage gris, une pluie diluvienne ne tarda pas à s’abattre sur la région. Jake et ses compagnons atterrirent dans un lieu propice à une embuscade. Ils descendirent de leur monture et s’abritèrent sous les feuilles d’un arbre pour échafauder un plan.
    _Voila le meilleur endroit pour attaquer, le convoi va emprunter cette route qui longe la falaise, dit alors Tsu’ayo.
    _De quoi est-il composé ?, demanda alors Jake.
    _Habituellement, il y a un AMP, un petit véhicule et un énorme engin jaune qui sert à transporter la cargaison.
    _Oui je vois, un engin de chantier pour…..
    Malgré le bruit de la pluie martelant les feuilles, un bruit de moteur vint interrompre leur conversation.
    _Ce bruit ne vient pas de la route, constata Tsteu.
    Ils s’enfoncèrent prudemment dans la forêt dans la direction du bruit. Il y avait une petite rivière qui longeait également la route. Un petit bateau, d’environ trois mètres de long et un de large, semblait patrouiller dans la zone. Il était assez bien armé, on pouvait voir quatre mercenaires assis sur l’avant, plus le pilote qui se trouvait derrière le pupitre de contrôle.
    _Ils risquent de nous gêner dans notre fuite, dit alors Wokan.
    _En effet, il faut qu’on se charge d’eux rapidement, sinon ils pourraient avertir le convoi de notre présence, répondit Tsu’ayo.
    _Très bien voilà ce qu’on va faire, proposa Jake.

    Le bateau voguait tranquillement sur la rivière laissant derrière lui un large sillage. Les hommes étaient nerveux, la pluie les agaçait, elle réduisait considérablement leur champ de vision. Ils ne se doutaient pas qu’à environ cinquante mètres devant eux, cinq flèches étaient pointées sur eux. Les cinq Na’vis se trouvaient en hauteur sur les branches, ils étaient immobiles, camouflés par les feuilles. La corde de leurs arcs était tendue au maximum, la pluie ruisselait sur leur visage, des gouttes tombaient de la pointe de leur flèche. Le bateau avançait inexorablement vers eux, les cinq Na’vis, immobile tel des statues, étaient prêts à décocher leur flèche. Lorsque l’embarcation fut à une distance suffisante, Tsu’ayo cria :
    _EKO (attaque)
    A ce moment, les cinq flèches s’envolèrent à l’unisson, sifflant dans les aires en fractionnant de nombreuses gouttes de pluie sur leur passage avant de terminer leur course dans la chair des mercenaires. Le pilote reçu une flèche en pleine tête et bascula en arrière, deux des mercenaires furent touchés en plein cœur, un autre eu la colonne sectionnait au niveau du coup, quant au dernier, la flèche de Tsteu lui transperça la jambe. Il se mit alors rapidement à couvert derrière le pupitre de commande.
    _Je l’ai loupé, s’écria Tsteu.
    _Il faut agir vite, il va alerter le convoi, hurla Jake.
    La jambe du mercenaire blessé était partiellement immergée dans l’eau, son sang s’y répandait.
    Alors que le mercenaire allait saisir sa radio pour avertir du danger, un Dinicthoïde, sorte de d’énorme raie d’un mètre de long, jaillit de l’eau, happa le malheureux et l’entraîna dans l’eau. Une multitude d’autres Dinicthoïdes se jetèrent à leur tour sur la proie, qui disparut au fond de l’eau. Seul une lueur rougeâtre témoigna de la violence de la scène qui se produisait sous la surface.

    Après cette courte escarmouche, les cinq amis peaufinaient leur plan. Jake pris alors une pierre dans la main, estima son poids. Etant apparemment trop lourde, il en saisit un autre qui lui convenait, il dit alors :
    _Bon, on a assez de temps devant nous pour nous entrainer à tirer dans des conditions particulières, attachez cette pierre à une de vos flèches et essayez de viser une cible au loin, en prenant compte du poids supplémentaire, je vais vous expliquer pourquoi.
    Après avoir expliqué le but de cet entrainement, ils commencèrent à tire avec ce handicap.

    Pendant ce temps, à plusieurs kilomètres, Neytiri, Louti et Ey’tha parcouraient la forêt à la recherche des pièges posés par les humains. La forte pluie crée une légère brume sur le sol, rendant difficile la détection des pièges, une fois qu’elles en avaient repéré un, il fallait le mettre hors d’état de nuire. L’opération pouvait être difficile lorsque le piège était complexe. En environ deux heures, elles en avaient détruit une quinzaine.


    De retour sur le sentier, le convoi approchait lentement, Tsu’ayo et Wokan se situaient d’un côté tandis que Tsteu et Na’ti étaient de l’autre. Les Na’vis constatèrent avec inquiétude que le convoi était plus escorté que prévu. En effet, il y avait au total deux AMPs et deux véhicules d’assaut terrestre contenant chacun un pilote, un passager et un mitrailleur sur la tourelle arrière ainsi que le transport. Les Na’vis étaient pourtant déterminés, Tsu’ayo tira une flèche qui alla se planter dans la jeep de tête, entre le chauffeur et le passager. Leur soulagement fut de courtes durées lorsqu’ils aperçurent attaché à la flèche une grenade dégoupillée. Le véhicule entier explosa, la carcasse enflammée fit quelques tonneaux avant de s’immobiliser au milieu du chemin. Le convoi s’immobilisa, une flèche, tirée par Wokan, alla se planter dans le pare-brise d’un AMP, également équipé d’une grenade, elle transforma l’exosquelette en un brasier incandescent. Jake profita de la confusion générée par les deux explosions, pour se jeter de son Ikran quand celui-ci passa au dessus de la benne. Il atterrit alors parmi la cargaison composait en grande partie d’Unobtanium et d’armes en tout genre.
    L’autre AMP ouvrit le feu en direction de Tsu’ayo et Wokan, puis Tsteu et Na’ti visèrent la jeep de queue, une des flèches tua le chauffeur, l’autre se planta dans la roue. Le canonnier aperçus alors Tsteu sur une branche et ouvrit le feu, Tsteu n’ayant pas eu le temps de se mettre à couvert fut touché à l’épaule, sous le choc il tomba de l’arbre. Na’ti ayant assistée à la scène s’écria :
    _KEHE, Tsteu.
    En en éclair elle le rejoignit, Tsteu était au sol gémissant, son épaule saignait beaucoup. Na’ti tira son partenaire derrière un arbre pour l’abriter des balles qui fusaient dans tous les sens. Jake avait été témoin de la scène, il s’inquiéta de l’état de Tsteu, il devait en finir et vite. Il se dirigea alors vers la cabine du camion, il ouvrit la porte, le conducteur l’ayant aperçus voulu sortir son arme de poing mais Jake l’égorgea à l’aide de sa dague. Il entendit soudain à la radio :
    _On a bien reçu votre appel à l’aide, un patrouille d’AMP encercle votre position pour éviter toute fuite de vos agresseurs, ils convergent vers vous, Terminé.
    Il fallait faire vite, Jake vit alors devant lui l’AMP qui canardait sans relâche Tsu’ayo et Wokan, il fit avancé l’énorme engin. L’AMP ne se rendait compte de rien, jusqu'à ce qu’il se retourne et vit une immense roue, l’AMP fut écrasé par l’énorme roue. Jake changea alors la direction du camion et se servit du cadavre du pilote pour maintenir enfoncé l’accélérateur. Il rejoignit le toit de la cabine, son Ikran s’approcha, Jake grimpa sur son dos et s’envola, laissant le camion continuer sa course. Pendant ce temps Tsu’ayo et Wokan ont pu s’occuper des deux humains restant dans leur jeep. L’énorme engin écrasa quelques arbres avant de dégringoler de la falaise et d’exploser dans une lueur aveuglante en touchant les récifs.
    Jake se posa près de Na’ti et Tsteu, il descendit de son Ikran et demanda à celui-ci de s’en aller, il demanda alors à Na’ti :
    _Comment va-t-il ?
    _Sa blessure saigne beaucoup, mais heureusement la balle n’a pas touché d’os, répondit Na’ti.
    Tsu’ayo et Wokan venaient de les rejoindre, Jake leur dit :
    _On a un problème des AMPs nous encerclent et convergent vers nous, leur détecteur thermique vont nous piéger.
    _J’ai une idée, s’écria Wokan, j’espère qu’elle marchera, venez.
    Ils se mirent alors à suivre, Wokan, Tsteu grimaçant de douleur était soutenu par Na’ti et Tsu’ayo. Ils se retrouvèrent devant la rivière où ils avaient combattu auparavant, Wokan leur dit :
    _Plongez, on ne paraitra pas sur leur détecteur.
    Ils plongèrent alors tous ensemble et se maintenaient au fond grâce aux diverses plantes aquatiques. Un Na’vi pouvait rester assez longtemps en apnée s’il ne fessait que peu d’effort.
    Pendant ce temps là, à la surface, les AMPs refermaient le cercle qu’ils formaient pour tenter de localiser les Na’vis. Le plan de Wokan semblait fonctionner, ils n’apparaissaient pas sur le détecteur, mais ils commencèrent à avoir un problème. Du sang, provenant de la blessure de Tsteu, se répandait dans le l’eau, ce qui attira un Dinicthoïde, il n’attaquait, en principe, jamais les Na’vis. Mais de plus en plus de Dinicthoïdes s’approchaient en se maintenant à distance, ils devaient surement attendre d’être plus nombreux pour attaquer. Wokan sortit alors discrètement la tête de l’eau, les AMPs étaient passés, il indiqua à ses compagnons que la voie était libre. Lorsque les Dinicthoïdes se rendirent compte que leurs proies se sauvaient, ils nagèrent à toutes vitesse vers les Na’vis, Tsu’ayo et Jake qui avaient remarqué leur assaut, sortirent alors rapidement Tsteu, qui était le dernier dans l’eau, celui-ci regarda Jake et Tsu’ayo et leur dit :
    _C’étais de justesse, merci mes frères. Allez rentrons.
    Les cinq Na’vis victorieux rentèrent alors au clan.


    Parallèlement à ces événements, Neytiri, Louti et Ey’tha continuaient à détruire des pièges. Tandis qu’elles s’affairaient à la destruction d’un piège, elles entendirent au loin le gémissement d’un animal, Louti dit alors :
    _Ca vient de ce côté, Ey’tha termine le travail, Neytiri et moi allons voir ce qui se passe.
    Les deux jeunes femmes Na’vis se dirigèrent alors dans la direction du bruit, elles coururent sur environ trois cents mètres pour finalement arriver sur un yerik qui agonisait, celui-ci avait de nombreux impacts de balles sur le corps. Louti lança un râlement de colère, elle allait porter secours à la pauvre créature lorsque celle-ci reçu une balle mortelle en pleine tête. Les deux Na’vis se mirent à couvert. Louti s’effondra d’un seul coup, Neytiri ne comprenant pas pourquoi s’avança vers elle, mais d’un seul coup elle ressentit quelque chose se planter dans son dos, à ce moment ses paupières lui parurent lourde, elle tenta de lutter, mais finit par s’évanouir. Plusieurs mercenaires, armés de fusil automatique et à air comprimé, sortirent alors de leur cachette, l’un d’eux prit sa radio et dit :
    _Nous en avons deux, amenez l’AMP pour les charger et prévenez le convoi pour évacuation, terminé.
    Au loin, Ey’tha observait la scène impuissante. Elle finit par disparaitre derrière la végétation.

    Dans la grotte du clan, les Na’vis fêtaient cette nouvelle victoire. Tsteu se fessait soigner à l’aide de diverses plantes qui furent réduit en poudre. Tandis que chacun vaguait à ses occupations, Ey’tha débarqua en courant les larmes aux yeux, elle se dirigea vers Po'lupey et lui dit en reprenant son souffle :
    _ Po'lupey , les Aysawtute, ils ont emmené Louti et Neytiri.
    Tous les Na’vis de la grotte furent en stupeur, Jake lui semblait abattus, il se sentit ses jambes l’abandonner, il tomba à genoux, les oreilles en arrière. Ses pires craintes venaient de se réaliser.

    Prochain
    Chapitre 6
    Retrouvailles
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Dim 14 Fév - 17:52

    Chapitre 6
    Retrouvailles


    Les Na’vis étaient très agités par cette nouvelle, Tsu’ayo observait Jake qui était complètement démoli, il se sentait coupable de ce qui lui arrivait. Tsu’ayo, d’un pas décidé, se dirigea vers Po'lupey et lui demanda l’autorisation de partir à la recherche des disparus. Po'lupey accepta, Tsu’ayo brandit alors son arc et rallia Na’ti et Wokan auprès de lui. Tout trois se dirigèrent vers Jake, Tsu’ayo prit alors la parole :
    _Ce qui est t’arrives est ma faute, j’ai le devoir de t’aider à la retrouver. Na’ti et Wokan sont fières de se joindre à nous.
    Jake reprit ses esprits, se releva lentement la rage au cœur, il n’en voulait pas à Tsu’ayo mais s’en voulait à lui-même. Rapidement, la détermination de retrouver Neytiri l’envahit. Il fit comprendre à Tsu’ayo qu’il accepta son aide dans sa quête. Les quatre Na’vis allaient emprunter le tunnel pour rejoindre la surface, lorsqu’un Na’vi s’interposa, il s’agissait de Tsteu. Celui-ci avait sa blessure recouverte par d’épaisse feuille fessant office de compresse, il était décidé à les accompagner, avec leur accord ou non. La troupe, au complet, se mit alors en route pour rejoindre le dernier lieu où on avait vu les deux jeunes femmes.

    Il fessait nuit, la forêt était illuminée par des couleurs vives et magnifiques. Parmi toute cette féerie, les cinq Na’vis se déplaçaient à vive allure, ils atteignirent le lieu de la disparition, Wokan se pencha pour examiner le sol, il y avait de nombreuse traces.
    _Je compte trois empruntes différentes d’Aysawtute, une large emprunte d’un AMP et une longue trace dans la boue, surement faites par un véhicule roulant du même type que celui qui protégeait le convoi, déduit Wokan.
    _Ils les ont emmenés sur un de leurs véhicules, il va être dur de les rattraper, dit Na’ti.
    _Les Aysawtute sont obligés de contourner le ravin, nous on peut le traverser grâce aux lianes, on pourra les intercepter si on ne traine pas, répondit Tsu’ayo.
    Sur ces mots ils se mirent en route à vive allure vers le ravin. Celui-ci était large d’environ cents mètres et profond de deux cents. Les Na’vis le traversaient sur une énorme liane, à celle-ci de nombreuse plantes Tawtsngal (coupe de ciel) étaient suspendues. Dans l’alignement du ravin on pouvait voir la géante gazeuse, la liane passait juste devant cette énorme boules de gaz bleu, le contraste était magnifique. Au fond du précipice, coulait une rivière, celle-ci dégageait une multitude de couleur vive grâce aux nombreux Amémonoïdes, illuminant ainsi tout le fond du ravin. C’était un spectacle magnifique qui pourrait s’admirer durant des heures si la situation n’était pas si dramatique. Une fois avoir traversé ce ravin, Tsteu commençait à faiblir au niveau de l’allure, il dit, essoufflé :
    _J’ai surestimé mes forces, ma blessure me fatigue plus que je ne le croyais.
    _ Vous allez passer par là, vous rattraperez le convoi plus loin, vous y arriverez même à faible allure. Moi je vais le rattraper plus en avant pour le ralentir pour vous, répondit alors Tsu’ayo.
    Ils se mirent d’accord, Tsu’ayo fila à toute vitesse pour pouvoir intercepter le convoi et tenter de le ralentir. Pendant ce temps Jake, Wokan, Tsteu et Na’ti gagnaient le second point d’interception. Alors que les quatre Na’vis allaient bientôt rejoindre le sentier où devait passer le convoi, ils traversèrent une clairière quand soudain Wokan s’arrêta et dit :
    _ Je sens quelque chose, j’ai un mauvais pressentiment.
    Les autres s’arrêtèrent également au niveau de Wokan. Quant tout à coup, un seringue alla se planter dans le dos de Na’ti, d’autres virent se planter dans les autres Na’vis. Jake voyait ses compagnons s’évanouir peu à peu, il tenta de résister mais sa vision s’obscurcit jusqu'au noir total.

    Lorsqu’il rouvrit les yeux, ses pieds étaient liés par une attache en plastique, ses mains dans le dos l’étaient également. Il regarda autour de lui ses compagnons avaient subi le même sort. Autour d’eux, il y avait trois humains et un AMP, un humain dit en souriant :
    _ Tu vois, ils se sont réveillés, je t’avais dit que cette dose ne suffirait pas.
    _Pas grave, l’évacuation ne devrait pas tarder, il sera content le boss, répondit un autre.
    _Cette évacuation a intérêt a se magner le cul, mon détecteur thermique est saturé par toutes ces bestioles qui rodent aux alentours. A ce moment une flèche siffla dans l’air, traversa le pare-brise de l’AMP et tua le chauffeur. Il s’agissait de Tsu’ayo qui avait retrouvé ses amis, en se laissant tomber de la branche il décochât une seconde flèche qui alla se planter presque verticalement dans le coup d’un mercenaire. Une fois au sol, il saisit sa dague et égorgea violemment le second mercenaire, le troisième se trouvait loin et dit qu’il vu Tsu’ayo se précipiter vers lui, il leva son arme et envoya une rafale dans la poitrine du Na’vi. Sous le choc Tsu’ayo bascula en arrière et s’étala sur le sol blessé grièvement, sa dague volant au loin. Le mercenaire s’approcha de lui et voulu l’achever quand son arme s’enraya. Il s’agenouilla alors à côté de Tsu’ayo et lui dit avec un sourire pervers:
    _ Je vais te saigner comme un gros porc sous les yeux de tes amis.
    Alors que l’humain se tourna lentement pour saisir son couteau attaché à sa ceinture, Tsu’ayo arracha la dent qu’il avait autour du coup et la planta dans le coup du mercenaire, avant de lui arracher brusquement la carotide. L’homme s’étala alors sur le sol en se vidant de son sang.
    Tsu’ayo se leva difficilement et se dirigea en zigzaguant vers Jake, à l’aide de la dent de Toruk immaculée de sang, il sectionna les liens de Jake, qui à son tour libéra ses autres amis. Tsu’ayo alla s’allonger sur un tapis de mousse qui produisit une auréole verte autour de son corps. Ses amis se précipitèrent à ses côtés, Tsu’ayo, qui avaient de multiple impact sur la poitrine dit à Jake :
    _Je suis désolé Jake…je…je n’ai pas réussi à intercepter le convoi.
    _ Na’ti va chercher des plantes pour le soigner…vite, répondit Jake.
    Tsu’ayo dans un mouvement de tête désapprouvait cette idée, il posa alors sa main sur une épaule de Jake, il continua :
    _ Kehe (non)….Kehe.
    _ Tu ne peux pas mourir….. on ne va pas te laisser mourir.
    Tsu’ayo laissa échapper un petit sourire, il dit en regardant Jake dans les yeux, sa queue remuait de plus en plus lentement.
    _Je suis déjà…. à moitié mort…. depuis bien longtemps….j’ai perdu la moitié de moi-même le jour où elle a disparu…..j’ai perdu la moitié de mon âme… lorsque j’ai perdu Me’rati……. Wokan je suis fier de ce que tu es devenu.
    _ Ce fut un honneur d’avoir un mentor tel que toi, déclara Wokan la mine démolit et remplit de tristesse.
    _ Na’ti….Pardonne-moi…je n’ai pas réussi à protéger ta sœur…, poursuivit Tsu’ayo en regardant Na’ti, les yeux de celle-ci était remplit de larme.
    _Ce n’est pas ta faute…Tsu’ayo…ce n’est pas ta faute, lui dit-elle.
    Jake les larmes aux yeux ne pouvant se résigner à laisser son ami mourir, dit-alors :
    _ On ne va pas te laisser là, on ne peut pas.
    Tsu’ayo qui avait du sang qui coulait de la bouche, repoussa faiblement Jake, des yeux de Tsu’ayo coulaient des larmes qui étaient à moitié rempli de sang et dit avec une grande difficulté :
    _Laisse-moi…laisse-moi… elle m’attend……laisse-moi la rejoindre….laisse-moi la retrouver dans Eywa…. Mais promet moi une chose….retrouve Neytiri en vie…je ne voudrais …pas que…ce qui m’est arrivé…t’arrives également par ma faute…
    Tu’ayo fixa alors le ciel étoilé qu’on apercevait parmi les branches. Il émit un dernier soupir, sa queue s’arrêta de remuer, ses yeux grand ouvert pétillaient en fixant la voute étoilée. Au moment de sa mort, l’auréole verte autour de lui disparut, tout autour des Na’vis la bioluminescence s’éteignit lentement tel un hommage. Na’ti éclata en sanglot.
    _ Je te le promets, dit Jake des larmes coulaient sur ses joues et venaient s’écrasaient sur la dépouille de son ami.
    Il passa sa main sur son visage pour lui fermer les yeux, et continua :
    _ Sois heureux avec elle dans Eywa….puissiez…puissiez-vous vivre éternellement ensemble dans notre mère.
    Des bruits de moteur interrompirent le deuil, l’évacuation qu’avaient demandée les mercenaires approchait. Les quatre Na’vis emportèrent alors le cadavre de leur compagnon au clan.

    Plus tard, dans la nuit, tout le clan était réuni dans la pièce centrale pour faire le deuil d’un des leurs. On avait lavé son corps, ses mains étaient jointe sur son ventre, la dent de Toruk était parmi elles. Le cadavre de Tsu’ayo était posé sur une petite embarcation construite à l’aide de bois et de feuille, cette embarcation très petite flottait sur la mare qui était le centre de la caverne. Ta’rina était là debout à côté de cette embarcation, elle s’adressait au clan :
    _La perte d’un des nôtres est toujours très dur mais cella fait partis du cycle d’Eywa. La perte d’un des nôtres tués par les Aysawtute est intolérable. Ils nous l’avaient déjà en partie enlevé le jour Me’rati nous quitta, il n’était plus le même à partir de ce moment. Cette fois c’est entièrement qui nous quitte. Il a maintenant rejoins sa promise dans Eywa, il s vont maintenant pouvoir vivre ensemble jusqu’à la fin des temps. Tu appartiens à la terre, tu y retourneras donc.
    A ces mots, un Na’vi poussa l’embarcation qui fut entrainée par le petit ruisseau. Le corps de Tsu’ayo disparut alors dans les entrailles de la terre, emmené par ce doux cours d’eau.

    Tandis que les Na’vis se dispersaient, Jake restait debout remplit de tristesse, qui fut bientôt remplacée par la colère puis la haine. Jake se dirigea d’un pas décidé vers la grotte des Ikrans.
    Wokan, Tsteu et Na’ti avaient observé son attitude, ils le suivirent. Une fois dans la grotte, Jake était prêt a chevaucher sa monture, mais Wokan l’en empêchât, Jake dit alors avec colère :
    _ Laissez moi, je dois aller la retrouver.
    _Tu n’iras nulle part Jake….en tout cas tu n’iras nulle part sans nous, répondit Wokan. On va t’aider à la retrouver et venger la mort de Tsu’ayo.

    Prochain:
    Chapitre 7
    Paisible récolte.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité



    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   Lun 22 Fév - 11:12

    Chapitre 7
    Paisible récolte.



    Neytiri rouvrit les yeux lentement, elle avait un mal de crâne épouvantable et sa vision était encore toute floue. Elle ne savait pas où elle se trouvait, mais elle entendait un bruit de moteur lorsqu’elle essaya de se lever, sa tête cogna contre une paroi dur, elle se rendit compte qu’elle était enfermée dans une cage très basse ne lui permettant que de se mettre la position qu’elle prend lorsqu’elle est sur sa défensive, bref elle ne pouvait que se mettre à quatre pattes. Elle n’avait plus son arc, sa dague, ni sa radio sur elle, une voix familière attira son attention, il s’agissait de Louti qui se trouvait également dans une cage. Toute deux étaient installées sur une remorque tirée par un véhicule d’assaut, un bruit mécanique attira l’attention des deux prisonnières. Devant eux, éclairé par les rayons matinaux, se dressaient deux grandes tours, entre celle-ci, une large porte de métal s’ouvrit lentement pour laisser passer le véhicule. Cette entrée était protégée par de nombreuses tourelles automatiques.
    Le véhicule roula un moment dans la base avant de s’immobiliser, quatre hommes en blouse blanche, un AMP et deux petits engins de transport accueillirent le convoi. Un des trois hommes en blouse s’avança vers la cage, escorté par deux autres. Il devait avoir dans les quarante ans, ses cheveux étaient gris, il était grand et mince, il dit alors avec un petit sourire en observant les cages :
    _ Tiens…tiens qu’est ce que nous avons là. Mhhh deux femelles…. Parfait.
    Neytiri accueilli l’homme en sortant ses crocs, ce qui amusa celui-ci, il dit alors à un de ses collègues :
    _Bien, envoyez c’est deux là dans le secteur lambda et …
    Mais à ce moment un mercenaire courut vers lui, essoufflé il lui dit :
    _Docteur Weir…docteur Weir…on a perdu le contact avec l’escouade bravo, ceux qui devaient les évacuer les ont retrouvé, ils sont tous mort.
    L’homme fou de rage frappa avec violence la cage de Neytiri, celle-ci répliqua en crachant à nouveau, il hurla donc :
    _Saloperie, cela doit suffire…Bien celle-ci, en pointant la cage de Neytiri, elle va dans le secteur alpha…Docteur Freeman, où en est le projet « paisible récolte » ?
    Un homme qui était resté en arrière s’avança alors timidement, il ne devait même pas avoir trente ans, il était assez chétif, il répondit alors :
    _Le projet est bientôt prêt et …
    Le docteur Weir lui coupa violemment la parole et continua :
    _ Cela ne fait, je ne sais combien de temps que vous me dites qu’il est bientôt terminé.
    _ Oui mais, nous l’avons que testé dans les conditions atmosphériques proche de la Terre, pour celle de Pandora, il n’est pas encore un point.
    _Je n’ai que faire de vos excuse, vous la testerait sur cette femelle, allez et tachez de réussir.
    L’AMP s’avança alors souleva la cage de Neytiri et la posa avec violence sur l’engin de transport, Neytiri remarqua à ce moment que ses affaires se situaient sur sa cage, elle fut séparée de Louti sans ne pouvoir rien faire. Le docteur Freeman monta alors à l’arrière de l’engin pour en prendre les commandes. Il se dirigea vers une des ailes formées par la structure en forme de H de la base, il arriva devant une porte, descendit alors pour se rendre à un poste de garde, il prit les affaires de Neytiri et une fois arrivé devant une sorte de guichet, il demanda :
    _ Y a quelqu’un ?
    Un homme munis d’un masque car son poste n’était pas pressurisé, apparut alors et dit :
    _Très bien, on me confie le matos pour que je le stocke.
    _Bon aller arrête ton baratin, je garde pour moi les affaires, lui rétorqua Freeman.
    _Héhé, ca dépend, voyons mon calepin.
    L’homme sortit une feuille où étaient inscrits de nombreux noms à côté duquel il y avait un certain nombre de croix.
    _ Alors voyons voir combien de fois vous vous êtes servis ?...Freeman…Freeman.
    Le mercenaire posa le doigt sur le nom de son interlocuteur et remarqua qu’en face de celui-ci, il n’y avait aucune croix.
    _Bon très bien, ils sont à vous, lui dit-il en faisant une croix à côté du nom de Freeman.
    L’homme observa le matériel et déclara :
    _ Hé ben, c’est du beau matos, y a moyen d’en tirer un bon prix moi j’te le dit. Va voir le mec, là qui est toujours à la cafétéria…arf j’ai oublié son nom, mais bref il te les rachètera à prix d’or. A ce qu’il m’a dit, ces bricoles valent une fortune sur Terre, un de mes potes c’est fait 5000 $ avec un simple arc.
    _Ouai, je verrais ça merci.
    Freeman rejoignit alors son véhicule, la porte s’ouvrit et il s’engouffra dans celle-ci. Il se retrouva dans un couloir en verre blindé, il y avait des couloirs et des pièces de part et d’autres de celui-ci. L’architecture de la base avait été conçu pour pouvoir faire circuler et vivre des animaux dans leur atmosphère Pandorienne, tandis que les chercheurs circulaient dans des locales avec les conditions atmosphériques de la Terre. Toute cette infrastructure baignait dans une aveuglante lumière blanche.

    Après avoir roulé un moment, il s’arrêta dans un cul de sac et descendit du véhicule, il actionna un levier qui referma le passage qu’il avait emprunté pour venir, la cage de Neytiri se trouvait entre trois murs de métal et un de verre. Le docteur Freeman emprunta un sas qui était situé dans la proie de verre. Une fois de l’autre côté, il retira son masque. De nombreux autres scientifiques l’attendaient là. L’un d’eux lui dit :
    _Le docteur Weir nous a prévenu, on est prêt pour le test.
    _Oui ben moi je ne le suis pas, attendez une seconde.
    Le docteur Freeman alla s’installer sur un monitor. A bout de patience, le scientifique répondit :
    _ Le docteur Weir n’aime pas attendre, on va commencer sans vous.
    Sur ces mots, il alla appuyer sur un bouton, un sifflement se fit entendre dans la pièce on se trouvait Neytiri, celle-ci avait mal aux oreilles.
    _Nous sommes aux conditions standards pour l’essai, la pression est à mois 30% de celle de Pandora, on peut envoyer.
    Il actionna alors un levier et une fumée blanche s’échappa de plusieurs conduits situés dans la pièce de Neytiri, il ne fallut pas longtemps avant que celle-ci n’envahisse toute l’espace. Neytiri commença à suffoquer, elle avait l’impression que sa gorge bruler, elle s’effondra, sa queue remuait de moins en moins vite, elle avait de plus en plus de mal à respirer, des larmes coulaient de ses yeux. Les scientifiques observèrent fièrement la scène avec un sourire sadique, excepté le docteur Freeman qui tapait de plus en plus vite sur son clavier, en jetant par moment des regards anxieux, vers la pièce remplit de gaz. Neytiri agonissait de plus en plus, lorsque soudain une explosion éventra un des murs qui donnait sur l’extérieur. La différence de pression aspira le gaz pour laisser place à l’atmosphère pandorienne, une alarme se déclencha, les scientifiques furent affolés par cette explosion, tandis que Neytiri respira de mieux en mieux. Le docteur Freeman se leva brusquement et demanda :
    _Qu’est ce qui s’est passé ?
    _Je ne sais pas, mais une brèche c’est formée dans le mur à cause de l’explosion, fort heureusement seul la salle de test est concerné par cet incident, lui répondit alors un scientifique.
    _Très bien, j’emporte le cobaye dans ma loge pour procéder à des tests.
    Il renfila son masque, et reprit le volant du véhicule et se dirigea vers son appartement.


    Il arriva à une portion de couloir, actionna un levier qui fit soulever un pan entier du mur. Il inclina son engin et fit en sorte que la cage se retrouva dans le renfoncement du mur, le mur se referma alors, laissant Neytiri dans une petite pièce sombre et rectangulaire. Une lumière s’alluma, Neytiri constata que sa pièce était faite de trois murs en métal et d’une paroi vitrée qui donnée sur une pièce. Au fond de celle-ci la porte s’ouvra et Freeman apparut sans son masque. La pièce contenait un lit, un plan de travail avec un ordinateur ainsi qu’un boitier de commande qui permettait d’actionner des bras mécaniques situés au dessus de la pièce où se trouvait Neytiri. L’homme déposa les armes de Neytiri sur son plan de travail et alla s’installer devant le pupitre de commande, Freeman transféra un petit objet de sa pièce à celle de Neytiri au moyen d’un système de tiroir. Il prit le contrôle des bras à l’aide de deux joysticks, Neytiri commençait à avoir peur, elle remarqua sur le côté de nombreux ustensiles tranchants tel des scalpels et seringues, elle fut surprise d’entendre un bruit mécanique sourd et constata que toit de sa cage était ouvert, un des bras mécaniques tenait une clé. Neytiri peut enfin se lever, le plafond étant assez haut. Freeman appuya sur un bouton, les bras se rangèrent automatiquement, puis il alla se mettre debout face à la vitre et grâce à un interphone peut dire à Neytiri :
    _Tu es Neytiri, pas vrai ?
    _Comment connais-tu mon nom ? Laisse-moi sortir, répondit sèchement Neytiri en regardant Freeman droit dans les yeux.
    _Je ne peut pas te laisser sortir, trop dangereux, je t’ai vu toi et Jake, je sais ce que vous avez fait.
    _Qui es-tu et que me veux-tu ?
    _ Je m’appelle Marcus Freeman et je ne veux que ton bien.
    _Pourquoi devrais-je te faire confiance ?
    _C’est moi qui t’ai sauvé tout à l’heure et j’ai ouvert ta cage comme preuve de bonne fois.
    Neytiri assez surprise s’agenouilla pour se retrouver à la même hauteur que Marcus, elle ne cessait de le fixer dans les yeux, elle demanda :
    _ Pourquoi fais-tu cela et quel est cet endroit.
    _C’est une longue histoire, dit Marcus en allant s’asseoir sur le coin du lit, lorsque j’étais sur Terre, j’ai vu une annonce comme quoi la RDA recrutait des scientifiques dans le domaine de la biologie, ayant les qualifications nécessaire je pris rendez-vous et fut embauché. Et six ans plus tard, je me retrouvai ici, je ne savais même pas en quoi allait consister mon travail, mais une chose était sur j’étais tombé amoureux de cette planète. Mon travail consistait à l’élaboration d’arme chimique et biologie pour être utilisé sur Terre, la RDA ayant des contrats avec divers groupes dans le secteur de l’armement. Même si cela allé tuer des gens, je n’en avais que faire, je voulais absolument rester ici.
    Neytiri tout en écoutant le récit, observa avec attention l’intérieur de la pièce, elle remarqua deux diplômes au mur, l’un été sur l’obtention d’une mention dans un domaine de la science et l’autre la capacité à piloter des appareils volants lourds, elle aperçut également un cadre contenant la photo d’une femme et d’un petit garçon.

    Pendant ce temps à l’extérieur de l’enceinte, Jake et ses amis observaient de loin la base, Wokan dit alors en soupirant :
    _Je suis désolé, Jake, mais comme tu as pu le constater cette base est trop bien défendue.
    Jake était complètement démolis, mais soudain il se rappela qu’il avait passé à Neytiri une radio, mais il ne l’avait pas sur lui, les Na’vis rentèrent rapidement au camp.


    A l’intérieur de la base, Marcus continuait son histoire :
    _Tout se passait bien, jusqu’à la chute d’Hell’s Gate. La RDA changea ses priorités pour les recherches de cette base, c’est alors qu’est apparu le projet « paisible récolte », projet qui consiste à fabriquer un gaz qui cette fois serait utilisé contre les Na’vis. Je fus chargé de superviser le projet, j’étais contre tout ceci, mais le meilleur moyen de lutter, était de participer au projet et de le ralentir au maximum. Beau…beaucoup de Na’vi sont morts dans la salle de test sans que je puisse intervenir. Le Venture a transféré des données de Hell’s Gate à cette base, je devais faire le tri dans toutes les infos qu’on avait reçu. J’ai détruis tous les documents qui permettraient d’accélérer le projet, c’est à ce moment que je suis tombé sur un rapport écrit par un certain Max, il a expliqué tout ce qui s’est passé, il y avait des photos de toi et Jake. J’ai compris qu’une lueur d’espoir pour renverser cette base venait de naître. Alors, lorsque je t’ai reconnu dans cette cage, il était tant pour moi d’agir.
    _Jake doit surement essayer de me sortir de là, dit alors Neytiri, elle avait confiance en Marcus, elle avait lu la sincérité dans ses yeux.
    _Oui c’est une occasion en or de tous stopper, mais il n’arrivera jamais à pénétrer dans le périmètre sans notre aide.
    Neytiri en regardant la photo, demanda à Marcus :
    _Qui est-ce sur cette photo ?
    Marcus se retourna, prit le cadre et lui répondit :
    _Ah, c’est une photo de ma femme et de mon petit Carl…, le visage de Marcus remplit de tristesse.
    _Ils…ils sont morts ?, dit-elle en voyant sa tristesse.
    _Non, enfin je ne sais pas, ils sont sur Terre, enfin personne ne vit réellement sur ce caillou.
    _Parle moi de la Terre, j’ai déjà demandé à Jake, mais il fuit toujours la question.
    _ Et je le comprends, il n’y a plus de vie, tout est gris. Des énormes villes ont remplacé les étendus verts. Ces villes sont construites sur plusieurs niveaux au-dessus et en-dessous du sol. Ma famille et moi vivions à deux cents mètres sous la surface, beaucoup d’entre nous n’ont jamais vu la lumière du soleil, ni la couleur du ciel. Je me suis mis à travailler dur, ne voyant que très peu mon fils, pour qu’il puisse un jour habitait ailleurs que dans cette merde. Ma femme m’a lâché et la justice lui donna la garde exclusive de mon fils, m’accusant de n’être jamais présent. Plus rien ne me retenez sur Terre, je suis donc partis pour Pandora, cela fait bientôt dix ans que je n’ai pas vu mon fils… Bien il faut que tu te repose, la journée a été éprouvante.


    La nuit était tombée sur la base, dans un tour centrale, deux mercenaires se trouvaient devant plusieurs écrans. Ils étaient chargés de surveiller la base, soudain un voyant s’alluma sur un ordinateur et un bip sonore se fit entendre, l’un des mercenaires dit alors en se dirigeant vers le monitor :
    _ Tiens, on a un nouveau message, il est en cours de transmission.
    _C’est sans doute encore quelques images assez cochonnes des petits amis de certains de nos collègues, expliqua alors l’autre homme.
    _ Ah oui, on est quand même des gros salauds à regarder des messages privés.
    _ Tu te rappelles la copine de Steven, olala sacré veinard, je me demande ce qu’il fout sur cette planète.
    _Et tu connais la meilleure, il est mort aujourd’hui.
    _Sa copine est donc libre.
    Les deux mercenaires éclatèrent de rire, un signal sonore indiqua que la transmission était achevée.
    _Alors voyons ce que nous avons là…un message pour le docteur Freeman….qui y t il de beau là dedans.
    Alors qu’il essaya d’ouvrir le message, un mot de passe était demandé.
    _Arf ces scientifiques…et merde.
    _Ben de toute façon ça doit être surement des rapports à la pouéteuh, transfère lui.


    Dans la chambre de Marcus, celui-ci était assis, réfléchissant à ce qu’il devait faire, tout en observant Neytiri qui dormait repliée sur elle-même. Un bip annonça qu’il avait reçu un message, il se mit devant son écran, ouvrit le message et tapa le mot de passe approprié. C’était une lettre de son cousin :

    « Cher cousin, au moment où tu liras cette lettre, je serais sans doute mort, enfin je l’espère, mais laisse moi t’expliquer. Alors que j’étais dans mon appartement à Seattle, le journal télévisé parlait d’un assaut meurtrier et sans motif de la part des Na’vis sur la base humaine. Mon rêve étant d’aller sur Pandora, je suivais toutes les informations à propos de ce monde, mais grâce à des amis je savais que ces informations étaient fausses. Il s’agissait de la propagande de la RDA pour pouvoir reprendre le contrôle de Pandora. Il ne fallut pas longtemps avant qu’une navette armée jusqu’aux moindres recoins soit appareillé pour Pandora. Voila la chance de ma vie, étant un ancien membre des forces d’interventions spécialisé dans la sécurité, je n’ai eu aucun mal à me faire enrôler. La RDA ne choisissait que des mercenaires ou des militaires radiées de l’armée pour faute grave, moi j’avais été exclu des forces d’intervention pour non respect des ordres. Lorsque j’entendais certains d’entre eux racontaient leur « exploit » , j’étais sur d’une chose, ils prendraient un malin plaisir à égorger les femmes et torturer les enfants. Leurs cœurs étaient étouffés par la tonne de muscle développé par les protéines militaires, la propagande avait voilé leurs yeux aux même titre que le système de notre société nous voilé le vrai sens de la vie. Je ne pouvais laisser cette navette arriver sur Pandora. J’ai acheté un petit système qui me permit de me réveiller trois jours après notre départ de la Terre. Ainsi étant le seul debout dans la navette, j’ai piraté un ordinateur de bord, pour accéder aux systèmes du vaisseau, la sécurité était vraiment primaire sur cette engin.

    Je tape ce message sur un écran annexe à celui où je viens de terminer mon programme, il est maintenant terminé, je n’ai qu’à appuyer sur entrée pour l’exécuter. Dès que je presserais ce bouton, les systèmes corrections de trajectoire, le bouclier, les lasers qui servent à détruire la menace et bien sûr l’alarme seront coupés. A environ 70 % de la vitesse de la lumière, le prochain débris aussi minuscule soit-il désintégrera le vaisseau, dû à la vitesse et donc à la puissance du choc. C’est assez ironique quand on y pense, j’ai l’occasion de réaliser mon rêve, mais il faut à tout pris que je l’empêche de se produire. De quels droits pouvons-nous nous acquérir un autre monde ? pourquoi les Na’vis devraient subir le poids de nos erreurs ? Je sais que la destruction de cette navette ne les arrêtera pas, mais je laisserai, au moins, un peu de répit à Pandora. Plutôt mourir pour une cause que ne vivre pour rien. Voilà je viens de presser le bouton. Adieu cher cousin, je t’envie tellement d’avoir vécu dans un monde si vierge et beau débarrassé de toutes les choses si futiles de notre quotidien.
    Fin de message. »

    Marcus mit plusieurs minutes à se reprendre, il tenait beaucoup à son cousin, il se rendit compte également que la RDA ne lâcherait jamais Pandora. Il alla donc se coucher totalement désespéré.
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Récit de Tsu'ayo   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Récit de Tsu'ayo
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Avatar RPG :: Hors rpg :: Cyber Café :: Créations :: Plume libre-
    Sauter vers: