Avatar RPG
Le staff et tout les membres d'Avatar RPG vous souhaite la bienvenue.


Avatar RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
  • Le rôle de Jake Sully est toujours disponible. Plus d'information s'adresser aux membres du staff.
  • L'école de Grace Augustine attend ses nouveaux élèves.

  • Redimensionnez vos avatars en 170*300, c'est obligatoire.
  • Si vous avez des difficultés pour le faire, allez sur le lien ci-dessous.
  • http://rpgavatar.forumactif.org/commandes-f21/redimensionner-vos-avatars-t1859.htm#18690

  • Mise à jour: 2 juillet 2012
  • Le forum change afin de réunir tous les membres toujours actifs! http://rpgavatar.keuf.net/
    Nous sommes désormais une dizaine de membres actifs








  • Partagez | 
     

     Beyda'amo et Toruk

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Beyda'amo
    Admin-Toruk Makto-Olo'eyktan Tipani-Guerrier-Chasseur-Dresseur
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 892
    Date de naissance : 10/01/1989
    Age : 30
    Age du perso : 22
    En couple ? : ...
    But : Massacrer les humains.
    Date d'inscription : 30/12/2009

    Feuille de personnage
    Caractéristiques:
    Points de rp:
    106/100  (106/100)

    MessageSujet: Beyda'amo et Toruk   Lun 29 Nov - 18:43

    Un jeune Na'Vi d’une vingtaine d’année était allongé sur une plage. Autour de lui étaient éparpillés plusieurs morceaux d’une embarcation de fortune éventrée sur le sable. Le soleil commencait tout juste à sortir de sa léthargie nocturne et déversait lentement ses rayons sur cette plage qui venaient ensuite embrasser le visage masqué du naufragé. Personne n’avait l’air d’avoir remarqué ce Na'Vi allongé au milieu des débris, sur la plage de si bon matin.

    Un pêcheur venant vérifier si son matériel n’avait pas été endommagé pendant la nuit et s’il n’aurait pas fait quelques prises, remarqua alors le jeune Na'Vi encore inconscient. Il se rua alors vers lui pour s’assurer qu’il n’était pas blessé ou pire encore. Il se laissa tomber à genoux dans le sable et lui saisisse immédiatement la tête.


    "Eh, mon p’tit gars, ça va t’y?"

    Soudain, le jeune Na'Vi toussa puis cracha quelques gorgées d’eau, visiblement avalées par le mauvais trou. Après s’être remis de ses émotions, le naufragé ouvrit les yeux et aperçut le pêcheur qui le regardait d’un air surpris.

    - "Bah alors, a-t-on pô idée de s’noyer d’si bon matin ? Ca va mon p’tit gars, tu t’sens bien?"

    - "Euh… où suis-je…?"

    - "Loin d’chez toi, on dirait. T’es sur nos belles terres du Nord de Pandora. Ca t’cause t’y?"

    - "Hmm… pas vraiment… Je viens de la P… Plai… euh… des grandes plaines… c’est loin d’ici?"

    - "Oulaaaah ! Dam oui, c’est ben loin ! Comment t’c’est qu’t’es arrivé là, mon p’tit?"

    - "Euh… aucune idée… quelques flashs flous…"

    - "Du calme, c’est bon. J’vais t’emm’ner chez moi, qu’on t’sèche un peu. J’vais t’offrir l’gite et l’couvert, même. T’as pô l’air en forme et tout maigrichon. J’suis un bon gars moi, hein? Eheh."

    - "Merci…"

    Le pêcheur aida alors le jeune Na'Vi à se relever puis partirent en direction de sa cabane. Une fois à l’intérieur, il lui prêta des vêtements, certes usagés et odorants, mais néanmoins secs et à sa taille. Le pêcheur lui confia qu’ils ont appartenu à son fils, parti depuis plusieurs années à l’aventure.

    Le pêcheur lui expliqua alors que son fils avait choisi la profession de guerrier et s’était engagé au service de Eywa. Après s’être quitté deux ans plus tôt, il ne l’avait plus jamais revu. Les Na'Vis de Eywa lui affirmaient qu’il était en mission loin d’ici mais qu’il était en vie. Le pêcheur s’en était toujours contenté.

    Quelques heures plus tard, devant une bonne soupe de poisson, le jeune Na'Vi tenta de rassembler ses esprits et de se souvenir de ce qui lui était arrivé. Il raconta alors par bribes ce dont il se rappellait, tachant de se remémorer au mieux et dans l’ordre les évènements qu’il pensait avoir vécu:


    "Je suis presque sûr de venir d’un endrois appelé les grandes plaines. Je suis moi-même guerrier, enfin, il me semble. Je me souviens avoir vécu dans un village, celui des Tipani, je crois. Je me souviens d’un village florissante et accueillante entourée de pâtures et de prés sur des lieues à la ronde.

    Je vivais avec quelqu’un, mon frère je crois. Je ne vous ai pas dit mon nom, quand j’y pense. Je me nomme Beyda'amo. Mon frère… comment oublier son nom, c’est la première chose qui m’est venue à l’esprit à mon réveil. Juste son nom: Olanir.

    Nous étions tous les deux guerriers, si je ne me trompe pas, et nous vivions au Kelutral Tipani. A une époque, des troubles ont commencé à peser sur le clan à cause d’une menace. Je crois que cela venait de créatures en conflit avec le village. Ah voilà! Les humains! Ces créatures essayaient d’attaquer le village et après plusieurs tentatives, ils réussirent. Mon frère et moi avons fait notre possible pour aider à lutter contre eux, cependant, se rendant à l’évidence que nous n’avions aucune chance, nous avons pris la fuite vers d’autres contrées. Du moins, c’est ce qu’il me semble, je suis un lâche alors?

    Nous avons entrepris d’atteindre un autre continent pour trouver quelque chose ou quelqu'un. Ensuite je n’ai que peu de souvenirs. Je crois que nous avons été attaqués et séparé avant de pouvoir atteindre la mer. Je suis donc persuadé qu’il n’a pas pu quitter le continent. Est-ce que vous savez comment je peux y retourner? Il faut absolument que je le retrouve."


    Le pêcheur, bouche bée devant son récit incroyable, lui dit alors qu’il n’avait absolument aucune idée de comment aller sur ce continent. Cependant, le brave Na'Vi lui conseilla de se rendre à Kama'dan. Les guerriers de Eywa force militaire d’ici, et également de toute la région, avaient leur base non loin d’ici. Il lui dit d’aller les voir car ils engageaient toujours de nouvelles recrues. Et qui sait, peut-être que ses aventures l’amèneront chez lui.

    Beyda'amo resta plusieurs jours en compagnie du pêcheur le temps de se remettre sur pied. Visiblement, il avait fait un long voyage sans boire ni manger pour échapper à ses attaquants qui l’avaient séparé de son frère. Une seule chose le motivait à présent: retourner chez lui et retrouver son frère.
    Dès qu’il fut sur pied, il remercia le pêcheur et jura qu’il rembourserait sa dette dès qu’il aurait de quoi le faire. Beyda'amo se rendit alors à la cité la plus proche. Il avait atterri sur les côtes au Nord-Est de Pandora, là où se trouvait la cabane du pêcheur.

    Beyda'amo se rendit alors à Kama'dan où il se présenta à un membre des Guerriers de Eywa pour lui expliquer qu’il voulait les rejoindre afin d’aller aux grandes plaines. Le guerrier s’était alors bien moqué de lui car ce n’était pas les simples soldats qui pouvaient jouir de voyager en bateau à travers les mers en direction de continents aussi éloignés. Cependant il accepta sa demande mais lui indiqua qu’il verrait plusieurs cycles lunaires avant de pouvoir mettre un seul pied sur un bateau.

    Beyda'amo se résigna et accepta toutes les tâches qu’on lui confia afin de servir les guerriers et gagner en réputation. Non seulement il gravissait les échelons petit à petit mais il s’entrainait également à devenir un meilleur guerrier et à perfectionner ses compétences.



    Accroupi sur une branche d’arbre, Beyda'amo observait sa proie. Cela faisait plusieurs jours qu’il pistait ce Palulukan à travers les étendues de Pandora…

    Les Guerriers de Eywa lui avaient confié la mission de se rendre au petit village au Nord-Ouest afin d’y aider les habitants. En effet, ces derniers s’étaient plein d’un Palulukan qui tournait autour du village depuis quelques temps et des rumeurs circulaient, prétendant qu’il avait déjà dévoré plusieurs personnes.

    Il l’a maintenant en ligne de mire. Depuis des jours qu’il pistait sa trace, repérant où il se reposait, quelles étaient ses empruntes, il savait maintenant avec précision où dénicher ce carnassier en vadrouille. Ce dernier était tapi dans un point d’eau vaseux non loin du village, guettant le bon moment pour agir.

    Bien qu’il faisait encore à peine jour, Beyda'amo perçut avec précision sa position. Il ne se servit pas que de ses yeux. Son ouïe et sont odorat étaient tout autant en alerte. Il détecta jusqu’au clapotis que le souffle du monstre faisait en expirant son souffle putride à la surface de l’eau. Il sentait également cette odeur de charogne qui baignait sa gueule à demi ouverte au-dessus de l’eau.

    Alors qu’il sentit une certaine agitation de la part du Palulukan, Beyda'amo, d’un geste précis, encocha une flèche sur la corde de son arc qu'on lui avait preté. Il banda son arme et visa en direction de l’animal. Un léger sifflement à peine perceptible atterrit juste derrière le bestiau qui s’affola et partit en direction opposée. Un léger sourire se dessinait sur le visage de Beyda'amo tout juste éclairé par l’astre solaire qui s’éveillait.

    Le Palulukan foncait sur la rive et dès lors qu’il posa sa première patte dans l’herbe, un petit déclic se fit entendre. C’était le son d’une fine corde qui cèda sous le poids de l’animal, activant ainsi un piège finement préparé à l’avance. Des flammes s’échappèrent de sous les feuilles mortes entassées et s’élevèrent à plusieurs centimètres au-dessus du sol. La carapace du Palulukan était suffisamment solide pour résister à cette légère déflagration, néanmoins, de l’huile enflammée s’était rependue sous son ventre, qui lui, n’était pas protégé.

    Pendant ce temps, Beyda'amo avait jaillit de sa cachette et avait déjà préparé son second tir, celui-là ne serait pas qu’une simple diversion. Il avait prit soin d’enduire sa flèche d’huile et de l’enflammer. Certes, cette flèche enflammée était d’une médiocre qualité, mais c'était amplement suffisant pour ce qu’il avait prévu de faire. Il visa et tira dans la patte arrière du Palulukan, au niveau du genou. L’animal surpris grogna de douleur mais continua de prendre la fuite. La flèche semblait avoir pénétrée sa tendre chair, juste derrière le genou, et l’empêchait d’avancer correctement.

    Beyda'amo fila ensuite en direction du monstre et décocha une seconde flèche en direction de la patte juste devant celle déjà touchée. Cette fois-ci c’est le pied qui fut touché. L’animal tenait à peine debout mais continuait néanmoins à fuir. Beyda'amo s’arrêta alors et attendit. Comme si tout avait été prévu, un Pa'li surgit d’un buisson en sautant dans les airs. En un instant, il fonca sur le Palulukan et lui assèna un coup de pattes arrière, et le fit basculer sur le côté. Alors que le monstre s’agitait et tentait de se relever, le Pa'li en avait déjà fait le tour et lui assèna un second coup, plus violent cette fois, sur le crâne, ce qui assomma partiellement l’animal.

    Quelques minutes plus tard, Beyda'amo s’avanca vers le Palulukan immobilisé et s’approcha de sa monture. Ce dernier dut récompensé par une caresse. Le Pa'li s’assit sur son arrière train pendant que Beyda'amo prit soin d’attacher le Palulukan à l’aide d’une solide corde tressée de ses mains.

    Il récupèra alors ses flèches et le matériel piégé et, à l’aide de sa monture, ils conduisirent ensuite le monstre, à présent inconscient et immobilisé, vers le village afin que les autorités en fassent ce qu’elles voulaient. Les Guerriers de Eywa avait imposé la condition qu’il ne devait pas tuer l’animal, et cela lui convenait parfaitement. Tout son plan avait d’ailleurs été prévu dans se sens.

    Cependant, tout ne continua pas à ce passer aussi bien qu'il l'avait prévue, en effet, alors qu'ils rentraient au village, Beyda'amo et sa capture se firent attaquer par une créature volante gigantesque qui n'était autre que Toruk. La situation se présentait vraiment mal, comment arriver à échapper à se monstre volant alors que le Na'Vi était sur le planché des Métabêtes. C'est en se retournant t pour regarder si Toruk allait revenir en piqué que Beyda'amo se rappela qu'il avait avec lui un Palulukan. La bête était déjà pratiquement morte, le voyage ne lui avait pas fait de cadeau, et bien que Beyda'amo en fut attristé, un plan lui vint alors à l'esprit.

    Comme l'avait imaginé le Guerrier, Toruk fit demi-tour puis piqua sec sur lui toutes serres devant, ou plutôt sur le Palulukan proche de la mort. En une fraction de seconde, le rapace saisit sa proie, pris appui sur elle et avant de décoller, Beyda'amo en profita pour grimpé sur le Palulukan, s’accrocha au flanc droit de Toruk avant de se retrouver sur son dots, où la stabilité était plus que médiocre. C'était à plusieurs mètres au dessus du sol que ce passait cette incroyable combat, Toruk vira sec sur la gauche, Beyda'amo perdit l'équilibre mais put se retenir à ce qui fait le lien du rapace. Bien qu'il réussit cette exploit, il se retrouvait tout de même dans le vide rattaché à presque rien. Forcer le lien dans de tels conditions était chose impossible, c'est alors que le Na'Vi put prendre prise sur le cadavre du Palulukan, pour pouvoir remonter sur le dots de "la dernière ombre". Il se stabilisa puis força le lien.

    C'était bizarre, mais se fut exactement à ce moment la que les souvenirs de Beyda'amo lui revinrent, il avait alors compris que Eywa l'avait choisi et aidé au long de son incroyable périple. Il était temps pour Beyda'amo de rentré chez lui, il en profita pour repassé chez le pêcheur à l'âme charitable pour se présenté en tant que Olo'eyktan Tipani avant de retourné dans son village où il serait désormais appelé "Toruk Macto", septième du nom.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
     
    Beyda'amo et Toruk
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Avatar RPG :: Zone rpg -Pandora- :: Chaine des Hallelujah :: Falaise-
    Sauter vers: