Avatar RPG
Le staff et tout les membres d'Avatar RPG vous souhaite la bienvenue.


Avatar RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
  • Le rôle de Jake Sully est toujours disponible. Plus d'information s'adresser aux membres du staff.
  • L'école de Grace Augustine attend ses nouveaux élèves.

  • Redimensionnez vos avatars en 170*300, c'est obligatoire.
  • Si vous avez des difficultés pour le faire, allez sur le lien ci-dessous.
  • http://rpgavatar.forumactif.org/commandes-f21/redimensionner-vos-avatars-t1859.htm#18690

  • Mise à jour: 2 juillet 2012
  • Le forum change afin de réunir tous les membres toujours actifs! http://rpgavatar.keuf.net/
    Nous sommes désormais une dizaine de membres actifs








  • Partagez | 
     

     À la conquête de l'honneur

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Invité
    Invité



    MessageSujet: À la conquête de l'honneur   Sam 1 Mai - 16:57

    Iknimaya, rite de passage inévitable pour tout jeune na’vi désirant devenir chasseur. Pas seulement pour cela aussi, mais pour l’honneur, le mérite. Car cela n’est point tâche facile... Faire son chemin au sommet des montagnes d’Hallelujah, afin de se lier à une bête qui va tenter de vous tuer... Si après cela on n’avait aucun honneur, pourquoi le ferait-on dès le départ?

    Ospemal avait enfin atteint cet âge et l’occasion après tant d’entraînement, d’honorer son nom envers son peuple. Depuis sa tendre enfance elle n’avait été qu’un... Fardeau pourrait-on dire? Enfin, elle ne faisait que des gaffes autant à la chasse qu’à la maison. Accidentellement brûler toutes les peaux et enrager quelques pa’li qui se sont permit d’aller galoper partout à travers leur village n’étaient que deux des exemples. Mais elle avait changé... Elle avait apprise. Du moins, un regard sur elle en disait tant, à l’intérieur elle était toujours la même na’vi innocente...

    Enfin ce matin là, avec la grâce d’Eywa il fût un grand soleil qui vint lui taper à l’œil dès qu’elle l’eût ouvert. Et elle n’avait point tardée à s’affaler au bas de l’arbre et de saisir ses armes et un meresh’ti cau’pla (attrape banshee) là où les guerriers entreposaient le stock. Elle ne prit point le temps de le sélectionner, saisissant le premier qu’elle eût sous la main. Mais elle le regarda longuement, car ce dernier dégageait l’énergie des Ikran ayant déjà été lié à l’aide de celui-ci... Dans pas longtemps, elle ressentirait elle aussi, le danger, la force de leurs ailes, peut-être même de leurs mâchoires si elle n’avait pas de chance. Ce qui bien bêtement ne serait pas étonnant qu’il lui arrive.


    Non... Pas ainsi! Pensa-t-elle.

    Pas après tant d’entraînement et de préparations, elle ne pouvait pas se permettre d’échouer. Oh non! Il était bien simple, elle s’en sortirait soit morte et dévorée, ou bien victorieuse et reviendrait à l’arbre maison sur un dos d’Ikran! Cela serait un rêve devenu réalité, d’enfin être attendue et acclamée en tant que chasseuse, prête à défendre son peuple autant sur terre que dans les airs, guidée par le souffle d’Eywa. Guidée par cette pensée, elle ne prit pas un instant de plus avant de tout jeter son matériel par-dessus ses épaules ou à sa taille, accourant vers les écuries. Elle ne tardit point à tomber sur Tsteu, son cher pa’li qui était... En train de se gaver le museau plongé dans d’autres fleurs de nectars. Ceci la fit presque soupirer, mais elle prit patience malgré sa hâte d’attendre qu’il finisse son déjeuner. Pas question de le surmener ou encore pire, d’être retardé par ce dernier lorsqu’il tomberait sur un champs de ses dernières dans la forêt. Après tout, les plaines étaient situées très loin des montagnes... Peut-être même était-il la tribu la plus éloignée de celles-ci.

    Aussitôt que Tsteu eût finit son repas, Ospemal fit le lien avec lui et prit juste un instant afin de stabiliser leurs sens ensemble. C’est avec un sourire d’enfant qu’elle se hissa sur son dos, lui flatta l’antenne libre et ordonna à grandes enjambées de quitter le village. Le souffle d’Eywa caressait leurs visages à mesure qu’ils galopèrent à travers les herbes. La forêt se dressait au loin, à l’horizon sur le terrain plat. À part de ça, en vue, que certains rochers et quelques arbres, aussi grands que le leur mais peu nombreux. Si aucuns nantangs se pointait, et qu’aucun angstik était furibond, l’endroit était toujours calme. Mais Ospemal ne pensait point à de tels détails, trop excitée par la seule pensée des Ikran. Elle craignait bien évidement le pire, elle ne pouvait y échapper mais... En même temps, emplit de confiance, elle galopait sur le dos de son pa’li, n’attendant que ce moment où elle se sentirait tomber dans le vide.

    Elle eût rapidement atteint la forêt. Pour ne pas gêner Tsteu, elle prit les chemins les plus dégagés, qui nécessitait tout de même au pa’li de bondir d’un moment à l’autre si un tronc se trouvait à travers de sa route. La na’vi et sa monture arrêtèrent une seconde afin de s’abreuver quand ils eurent tombés sur un lac, mais reprirent vite la route, doutant d’attirer l’attention de la faune locale. Le chemin après ne fit plus très long, qu’ils eurent enfin atteint un terrain clair, et se dressa devant eux... Les fameuses montagnes qui planaient au dessus du vide total.

    Les yeux d’Ospemal s’agrandirent tel que si Eywa se tenait devant elle en ce moment même. Bien sûr cette dernière n’avait pas de visage, elle était juste en tous mais... C’était pour donner idée de son étonnement. Elle dût rester figer là, sur le bord du précipice à contempler les nuages les traversant pendant d’entière minutes, avant de finalement revenir à la réalité et descendre du pa’li.


    "Irayo, Tsteu..."

    Elle remercia sa monture, défaisant le lien tout en flattant son flanc. À partir d’ici, il ne pourrait plus la suivre. Elle lui jeta un dernier œil avant de s’avancer vers les quelques rochers flottants qui venaient de passer devant elle. C’était d’une plus grande envergure qu’on lui avait racontée, ça. Elle prit une bonne respiration...

    "Si je rate ça... Enfin..."
    nota-t-elle.

    Elle attendit qu’ils soient poussés par le vent et se rapproche encore plus de son emplacement, avant de bondir sur eux. Par chance, ils n’eurent pas trop bougés sous l’impact de son poids, et elle pût rapidement se remettre sur pied et sauter des uns aux autres. La chaîne se termina rapidement, qu’elle eût passée face à un pilier flottant, gouverné de lianes, guidant plus haut vers la cime des montagnes. Avant que les rochers ne se dispercent, la na’vi s’empressa du mieux possible de s’y aggriper et d’escalader. Il fallait vraiment pas se rater... En respirant de façon régulière, la guerrière grimpa jusqu’à ce qu’elle atteigne le sommet. De là, elle ne pût s’empêcher de jeter un œil...

    "Ne panique pas, ne panique pas..."

    Elle tenta de se rassurer. Merci à cette bêtise de la nature qu’est la curiosité de l’avoir entraînée à regarder sous ses pieds... Le vide éternel orné de nuage. Belle vue, fascinante, mais pas quand on s’y balance. Elle se ressaisit le plus vite possible, réalisant que vers elle se dirigeait une de ses géantes montagnes volantes. Voilà l’occasion! Elle attendit patiemment qu’une liane se balance en sa direction... Mais elle hésita. Se balancer dans le vide? Un long frisson traversa son corps...

    "Si les autres l’ont déjà fait... Je peux aussi, non?"

    Avant de rater sa chance, elle se jeta instinctivement dans le vide, échappant maladroitement un cri lorsqu’elle se serra contre la liane avec une force qu’elle n’avait encore jamais utilisée avant! Une fois qu’elle fût convaincue qu’elle n’était pas en chute libre... Elle leva la tête vers le ciel. Elle jura voir un Ikran passé... Le nid! Il devait être là haut! Tous espoirs perdus revinrent à la charge, alors que la na’vi grimpa le long de la liane jusqu’à ce qu’elle arrive devant une faille dans le roc. Un tunnel... Il y guiderait sûrement. Elle se balança assez jusqu’à ce que ses pieds touchent la surface du roc, et s’y laissa glisser. Enfin de la terre ferme... En quelque sorte, considérant qu’elle flottait toujours mais... Bref, sur une surface plus grosse maintenant!

    Ceci lui permit de reprendre ses esprits, et bien évidement un moment de repos. À l’autre bout de ce tunnel, se dressait une ouverture qui sans doute, la guiderait au nid. Elle n’aurait pas le choix de se pointer au vide une seconde fois... Mais cette fois, elle n’aurait point à le craindre, si elle réussissait à se lier à une des bêtes. Mais elle devait le faire, avant tout. Elle se releva après son instant de repos, l’esprit libre et clair... Elle ne voulait pas arriver là avec trop de pensées qui pourrait la perturber. Ce ne serait surtout pas le moment, avec un Ikran tentant de t’écraser!

    Une fois au bout du tunnel, les rayons du soleil revinrent la frapper aux yeux, mais ce qui aussi la réchauffa du vent frisquet qui gouvernait ses montagnes. Elle s’avança sur le rebord de la falaise, tentant le moins possible de s’approcher de sa limite... Peut-être n’était-elle pas destinée à voir trop de précipices dans sa vie. C’est alors qu’un cri strident se fraya jusqu’aux oreilles de la na’vi, l’amenant instinctivement à jeter son regard vers sa provenance. À peine quelques mètres devant elle, se retrouvait des vingtaines... Voir plus, de ses bêtes volantes... Les Ikran. Elle les contempla un bon moment. Certains mangeaient alors que d’autres se reposaient... Tous aussi beaux et colorés les uns que les autres. Leurs quatre ailes battaient lorsqu’un se jetait dans le vide afin de s’y relever et planer avec tant de grâce qu’elle n’avait pourtant si peu vue dans sa vie... Dans les plaines, très peu en possédait un. Car évidement, les pa’li étaient leurs meilleurs amis pour parcourir les distances. Mais où donc avait-elle été pendant tout ce temps? Pour ne pas porter plus attention à la beauté d’une telle bête, à leur existence même! Elle était en territoire étranger dans plus un sens du mot. Une ambiance de mystère régnait entre elle et les nombreux Ikran logés sur les roches, à peine situées à quelques mètres d’elle.


    L’un d’eux fit vite de remarquer sa présence, ce qui entraîna Ospemal à prendre tout de suite en main son meresh’ti cau’pla. Pas de risque à prendre ici, seule face aux mystiques créations d’Eywa. On lui avait dit de ne jamais hésiter. Les créatures ne se jetteraient pas tous sur elle en même temps! Au contraire, une seule le ferait. Et elle devait la trouver. Ce qu’elle fit... En un mouvement, la na’vi bondit devant les Ikran. Un s’envola sans plus attendre, un autre s’écarta... Le même processus se répéta et devint rapidement banal, alors Ospemal montra les dents, espérant rapidement trouvé celui destiné à elle. N’en ayant plus un en vue, elle se retourna subitement afin de continuer pour... Tomber face à face à un qui eût l’air plutôt furibond, et qui commença à crier vers elle.

    Ospemal hocha la tête. Était-ce le bon? Question d’être certaine, elle courba le dos et émit un cri à son tour vers la bête, qui y répondit aussitôt. Même qu’il prit l’initiative de s’avancer vers elle... C’était venu plus vite que prévu. La guerrière figea un moment, comme si elle avait oubliée soudainement comment s’y prendre. Elle se ressaisit rapidement, réalisant que ce dernier tendit le museau en sa direction dans le simple et bien évident but de la mordre. En un réflexe, elle pût l’éviter et se pressa à enrouler le meresh’ti cau’pla autour de son visage, bloquant automatiquement sa vue, mais l’amenant justement à plus se débattre.

    Ospemal sauta sans plus attendre au coup de la bête, amenant tout l’avant de son corps à s’écraser au sol... Elle saisit sa natte, mais juste avant de faire le lien, l’Ikran se releva sans faire signe, tentant de prendre envol, forçant la na’vi à s’aggriper fortement à son coup et relâcher prise par la suite. Elle dégringola alors le long de son corps, avant que son dos n’atteigne le roc. Elle hissa de douleur pendant un moment, avant de réaliser que l’Ikran... Allait ré atterrir sur elle? Elle hurla un moment avant de se dégager de sa trajectoire, et prit l’occasion de grimper à nouveau sur le coup de la bête. Ce dernier ne cessa point de se débattre, et tenta de la griffer du bout de ses ailes! D’une main, elle tenta de ne pas trop se balancer sur le côté pendant que l’autre cherchait sa natte...

    "Allez, allez, un peu plus..." pensa-t-elle.

    Ses dents étaient crispées par les efforts, c’était plus dur qu’elle ne s’y attendait. Qu’avait-elle crût? Qu’elle allait prendre une marche et s’amuser d’un de ses cerfs-volants banshee, mais en taille réelle? Elle dût presque tirer la tête de l’animal vers elle afin de l’approcher de sa natte. Et c’est aussi soudainement qu’elle ferma les yeux et ressentit une vague émotion de... Liberté. Comme si elle ouvrait les bras, elle allait planer avec le souffle du vent... Et c’est alors qu’elle les ré ouvrit pour réaliser qu’elle avait fait le lien. La bête recouvrait son souffle, telle le sien... Comme s’ils n’étaient qu’un.

    Ospemal abaissa sa tête contre le coup de l’Ikran, afin de lui témoigner affection et faire sûr qu’il allait bien.


    "C’est bien... Aller, respire!" Murmura-t-elle.

    Elle imagina alors la bête se redresser, et il en fit de même. Ospemal se recula alors, se positionnant à son dos. On disait que le premier vol établissait le lien et qu’il ne fallait pas tarder. Alors sans attendre une seconde de plus, elle flatta une dernière fois le coup de l’animal et l’ordonna de se tourner vers le vide et plonger. Ce que ce dernier fit plus vite qu’elle ne s’attendit, et elle bascula presque de l’avant!

    "Ooohhhh!" Échappa-t-elle.

    L’Ikran plongeait droit dans le vide, tête en bas, il allait de même pour la na’vi. Emparée de la soudaine panique et de tout ce vent fouettant son visage, elle pensa très vite à se redresser, ce que fit l’animal sans hésiter aussi. Les voilà les deux, qui planaient librement parmi les nuages... Et passèrent sous une chute inattendue. Ospemal secoua la tête, arrosant aussi plus son Ikran, mais ne pût s’empêcher de rire au moment même. Elle lui indiqua alors de reprendre de l’altitude... Les deux se mirent à s’aventurer entre les montagnes... Jamais elle ne s’était sentie aussi libre et puissante. Elle n’était qu’un avec le ciel... Mais il manquait plus qu’un nom à son nouvel ami. Elle tapota le coup de la bête avant d’ajouter,

    "Tu seras Meuia, Ikran"

    Meuia pour honneur... L’honneur qu’il lui avait enfin apporté.
    Revenir en haut Aller en bas
     
    À la conquête de l'honneur
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Renom et honneur du marine Walter C Drake
    » Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!
    » Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
    » Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
    » Jeu Le Seigneur Des Anneaux:L'Age des Conquêtes

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Avatar RPG :: Zone rpg -Pandora- :: Chaine des Hallelujah :: Rochers des Ikran-
    Sauter vers: