Avatar RPG
Le staff et tout les membres d'Avatar RPG vous souhaite la bienvenue.


Avatar RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
  • Le rôle de Jake Sully est toujours disponible. Plus d'information s'adresser aux membres du staff.
  • L'école de Grace Augustine attend ses nouveaux élèves.

  • Redimensionnez vos avatars en 170*300, c'est obligatoire.
  • Si vous avez des difficultés pour le faire, allez sur le lien ci-dessous.
  • http://rpgavatar.forumactif.org/commandes-f21/redimensionner-vos-avatars-t1859.htm#18690

  • Mise à jour: 2 juillet 2012
  • Le forum change afin de réunir tous les membres toujours actifs! http://rpgavatar.keuf.net/
    Nous sommes désormais une dizaine de membres actifs








  • Partagez | 
     

     Quand un rêve se réalise...

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Myl'ayo
    Omaticaya-Archère-Chasseuse
    avatar

    Féminin Nombre de messages : 226
    Date de naissance : 23/03/1995
    Age : 23
    Age du perso : 16 ans
    En couple ? : Oui, avec Tsu'ayo
    But : Avoir un ikran & renvoyer ceux qui viennent du ciel chez eux
    Date d'inscription : 22/02/2010

    Feuille de personnage
    Caractéristiques:
    Points de rp:
    50/100  (50/100)

    MessageSujet: Quand un rêve se réalise...   Jeu 29 Avr - 16:29

    Aujourd'hui, elle sentait qu'elle était prête. Comment? Aucune idée. Elle le sentait, mais elle était incapable de définir si cette sensation était agréable, où elle se situait dans son corps, quand elle était apparue, d'où elle venait. Mais elle la sentait, et c'était comme un réveil en elle, qui lui disait : c'est l'heure.

    C'est l'heure que tes ailes poussent.

    Elle attendait ça depuis si longtemps! Pour l'occasion, elle y était allée seule. Sans Tsu'ayo quoi. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait voulu le faire seule. Pourtant, c'était sa moitié, sa présence lui aurait fait du bien! Et il était déjà passé par là. Mais quelque part, Myl'ayo avait l'impression qu'elle devait le faire seule. Non, elle en était sûre. Alors elle n'avat pas attendu le retour du chevaucheur, et elle était partie. Au fur et à mesure qu'elle escaladait la falaise où se trouvait la grotte qui leur servait de refuge, son excitation grandissait, comme si elle redevenait enfant. Au fond, à son âge, c'était normal! Dès que le terrain devint plat - quant elle arriva en haut quoi - elle appela 'Awsiteng, son Pa'li. Elle avait si hâte qu'elle voulait aller le plus vite possible. L'animal du remarquer son impatience, car il commença aussitôt un galop modéré, qui donnait bien l'impression d'avancer, mais c'était aussi une allure qu'il pourrait tenir pendant longtemps. En bref, voici bien la preuve que cette bestiole c'était pas idiote!

    Myl'ayo savait où trouver les ikrans. Elle y était souvent allée avant. Pendant qu'elle chevauchaur 'Awsiteng et que le vent fouettait son visage, elle se demanda si cette sensation qui la poussait en avant n'était pas plutôt cette soif de liberté et de voler qui l'animait depuis toute petite. Cette envie de parcourir le ciel, de voir la forêt du dessus... Elle l'avait depuis si longtemps! Comment savoir si l'archère avait ce besoin depuis la naissance ou non? En tout cas, les vols avec Tsu'ayo sur le dos de Hi'tanhi avaient renforcé cette envie d'avoir le sien. Certes, elle aimait les parcours avec son amoureux, sur l'ikran, mais faire tsaheylu avec le sien, elle en rêvait tant! Et voler avec le chevaucheur devrait être aussi agréable. Oui...

    Le temps passa encore de cette étrange manière. Myl'ayo était si excitée qu'elle pensait sans arrêt, s'imaginant des choses comme les enfants rêvent d'immenses projets. Pour cette raison, le trajet lui paru très court. L'autre raison était qu'elle surveillait quand même leur destination, et le lien avec son Pa'li l'empêchait d'aller complètement dans cet autre monde qu'on appelle l'imaginaire. Elle aurait peut-être aussi pu trouver des ikrans des montagnes chez Tsu'ayo. Après tout, il s'agissait de deux espèces différentes, donc eux aussi devaient avoir un point où aller pour trouver le leur! Sauf que, malgré tout, la jeune Na'vie restait Omaticaya, même si elle avait quitté sa tribu pour vivre avec son amour. Et ça, elle ne l'oubliait jamais.

    Enfin, l'ascenssion commença, obligeant 'Awsiteng à revenir au pas. Il était fatigué mais semblait partager l'excitation de sa cavaalière. Quel bonheur de pouvoir faire tsaheylu avec un animal! Et les humains se vantaient de leurs technologies! Vraiment... il y a des choses qui ne se remplacent pas, qui ne s'inventent pas. Elles existent ou apparaîssent, c'est tout. Et parfois, aussi, elle disparaissent.

    Myl'ayo du finalement descendre de sa monture. La suite se ferait à l'escalade, son Pa'li ne pouvait plus l'accompagner. Par le biais du lien, la femelle lui dit de retourner vers la grotte. Sans se presser. Puis elle caressa la crête de l'animal. 'Awsiteng se laissa faire, puis il hénit doucement et parti, laissant l'archère seule. Cette dernière se retourna pour affronter l'ascenssion. Grimper ne lui faisait pas peur, elle le faisait depuis longtemps, et elle connaissait le chemin qui menait au lieu de vie des ikrans. En plus, grâce à son Pa'li, elle ne c'était pas fatiguée pour arriver jusqu'ici, ce qui l'aiderait probablement pour la suite, étant donné le chemin qu'elle devait parcourir à la verticale, puis pour trouver son ikran, et le plus dur... faire le lien avec lui pour la première fois.

    Jamais le trajet ne lui parut si agréable et si... interminable. Par moments, elle ne faisait pas attention à ce qui l'entourait et se contentait de grimper, mais à d'autres, elle ne pouvait pas s'empêcher de verrouiller ses prises pour observer le magnifique paysage autour d'elle. Les montagnes flottantes... Aucun doute, c'était très beau, et ça avait quelque chose de magique.

    Enfin, plus tard, Myl'ayo arriva dans une grotte, celle par laquelle on accédait à l'endroit où se regroupaient tous les ikrans, même ceux qui avaient déjà un "maître". Mais la jeune Na'vie n'aimait pas trop qu'on appelle ainsi le chevaucheur d'un ikran. Et puis, les animaux déjà choisis étaient toujours équipés, avec une sorte de scelle et d'autres éléments pour accrocher son carquois par exemple. La femelle s'approcha du bord pour observer les bêtes ailées voler, émerveillée. Ce n'était peut-être pas la première fois qu'elle voyait ça, mais c'était toujours aussi beau... Et c'est en remarquant la scelle sur un ikran qu'elle se rappela qu'en en choisissant un, elle devenait du même coup adulte, donc Omaticaya à part entière, et elle deviendrait alors une chasseuse! Elle remua vivement sa queue, excitée. Et, sans s'en rendre compte, elle pris le collier que lui avait offert Tsu'ayo. Un collier au bout duquel pendai tune dent de Toruk. Lorsque Myl'ayo s'en aperçut, elle le lâcha aussitôt, surprise de son geste. Mais cela lui permi de retrouver pied dans la réalité. La jeune femelle passa par le passage qui conduisait au plateau - enfin, si on peut appeler ça comme ça - où se réunissaient une majorité de banshee, comme diraient les tawtutes. Et encore, elle n'était pas certaine que se soit le terme exact, elle avait toujours trouvé leur langue compliquée par rapport au Na'vi.

    Là aussi, comme les autres fois, les ikran la repérèrent tout de suite, et ils eurent pour la plupart une réaction agressive, qui montrait en réalité leur peur, ou simplement l'envie qu'on leur fiche la paix. Avant, ils étaient curieux, parfois méfiants, mais jamais ainsi. Comme si ils pouvaient sentir que la jeune Omaticaya n'avait pas encore de monture et qu'elle était venue ici en chercher une.

    Myl'ayo commença alors à progresser parmi les bêtes. La plupart reculaient, certains prenaient même leur envol. Et il y en avait vraiment de toutes les couleurs : du vert, du bleu, du rouge, du gris ici, du violet là... Pas de toute, les ikran étaient vraiment des animaux magnifiques. Et l'archère attendit à peine 5 minutes avant de se figer devant l'un d'eux.

    A première vue, c'était un ikran comme les autres. Il était majoritairement paré de bleu et de violet, sous toutes ses teintes, du clair au foncé en passant par du fushia et du cyan par endroits. Sauf qu'elle était la seule à avoir l'air d'ignorer la Na'vie. Cependant, elle finit par se retourner, et là, elle aperçut Myl'ayo. Cette dernière su tout de suite que ça y est, elle avait choisi, et inversement. Elle savait ausssi que maintenant, elle allait devoir être rapide. Sans laisser à l'ikran le temps de réagir, elle bondit dans sa direction. Aussitôt, la bête se retourna d'un bloc et cria vers elle. Myl'ayo s'arrêta net et feula à son tour, les oreilles couchées. Sa queue se balançait doucement de droite à gauche, guettant le bon moment pour bondir... et guettant aussi les mouvements de son adversaire. En effet, ce fut l'ikran qui attaqua en premier. Il tendit brusquement la gueule vers l'archère, qui passa sur le côté pour l'éviter. Aussitôt, elle empoigna le cou de l'animal et mit tout son poids pour le clouer à terre. La bête ne s'y attendait pas et la ruse fonctionna : elle se laissa tomber au sol. Sauf que si Myl'ayo n'est pas très grande, elle n'est pas davantage lourde, et les ikran sont costauds. Le sien commença vite à se débattre, soulevent régulièrement Myl'ayo se terre, mais cette dernière usait de force pour ne pas lâcher prise. Très vite, cependant, elle devina que ses bras allaient garder le souvenir de ces coups répétés sur les rochers pendant pas mal de temps. Alors Myl'ayo se campa sur ses jambes et tendit une main vers une des antennes de l'ikran qui servait pour faire le lien. La bête le remarqua et s'agita encore plus fort. La femelle Omaticaya faillit lâcher, car elel ne tenait plus que d'une main. Heureusement, elle tint bond de justesse. Elle attrapa l'antenne et lâcha soudain l'animal pour attraper sa natte. L'ikran secoua la tête et s'aperçut de ce que la Na'vie s'apprêtait à faire. Lorsque Myl'ayo réussit à faire tsaheylu, la gueule ouverte de sa monture était à un centimètre de sa tête.

    C'est ce qu'on appelle "avoir eu chaud".

    Lentement, Myl'ayo se redressa tandis que sa monture fermait la gueue pour reculer. Elle c'était déjà liée à un palulukan et à un pa'li, mais l'ikran, c'était encore autre chose. Le sien était une femelle qui rêvait de liberté. Être liée ne lui plaisait pas trop, mais dès les premières secondes, elle eu l'impression que ce n'était peut-être pas si désagréable et négatif que ça.

    - Du calme ma jolie, du calme...

    Myl'ayo avait chuchoté pour apaiser la bête. Puis, quand son regard se posa à nouveau sur les ailes de l'animal, elle déclara :

    - Je vais t'appeller Txon'Ean, d'accord? Mais je vais raccourcir en Txon ou Ean...

    Txon'Ean, ça veut dire "Nuit Bleue" en Na'vi. L'archère trouvait que ça allait à merveille avec les couleurs de la femelle ikran. Elle se souvint alors qu'il fallait faire le premier vol le plus vite possible. Que se passait-il si on attendait trop? Myl'ayo ne le savait pas, mais elle n'avait pas envie de tenter l'expérience. Elle réajusta son arc pour être sûr qu'il ne tombe pas puis elle se mit en position sur le dos de Txon. Alors, elle pensa "Vole". Elle n'eut qu'à chuchoter ce mot tant rêver en pensée, et Ean bondit vers le ciel, déployant ses larges ailes d'un coup. Et le voyage commença. Le vol sur son ikran, c'est complètement différent. Avec Tsu'ayo, c'était bein, les sensations étaient aussi... indescriptibles, on avait l'impression d'être porté par un air solide, mais avec le tsaheylu, c'était autre chose. On ressentait aussi les sensations de l'ikran! C'était... magique... Habituée par les vols avec Tsu'ayo, Myl'ayo pris naturellement la bonne position sur Txon'Ean, et elle appris alors à apprivoiser sa monture. Elle appris à voler, enfin, à connaître les limites du vol, et surtout elle appris à gouverner. En fait, il n'y avait pas de limite dans le ciel. Il fallait juste savoir faire ce qu'on voulait...

    Pendant plusieurs heures, Myl'ayo enchaîna sprints dans les aires, piqués et figures aériennes et elle prenait de courtes poses entre-temps, pendant lequelles elle restait souvent connectée avec son ikran tout en repassant devant ses yeux ébahits la séance de vol qu'elles venaient d'accomplir. Et elle recommençaient, encore. Du coup, l'archère devenait dee plus en plus à l'aise. En fait, elle l'était déjà... Disons donc qu'elle appris beaucoup de chose.

    Et puis le vide provoqué par l'absence de Tsu'ayo à ses côtés refit surface, quand sa joie et sone xcitation se furent calmés. Elle était alors en train de se reposer et d'admirer le ballet des autres bêtes. Elle décida donc de rentrer. Mais un détour chez les Omaticayas s'imposait ensuite, pour faire part à Tsu'ka de cet évènement que Myl'ayo attendait tant. alors elle chevaucha à nouveau Txon'Ean vers son amour, vers son futur.

    Elle avait trouvé ses ailes.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://panthere-noire.centerblog.net/
     
    Quand un rêve se réalise...
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
    » Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
    » A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
    » Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
    » Le verdict. Le deuxième tour à quand?

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Avatar RPG :: Zone rpg -Pandora- :: Chaine des Hallelujah :: Rochers des Ikran-
    Sauter vers: